UA-39107061-1
Redonner le plaisir de transmettre et d'apprendre
Tél. 06 14 24 89 00

17 raisons pour lesquelles les gens ne vous écoutent pas

Main devant la bouche

Houlà, ils font la sieste ou quoi ?...

Tout le monde, lorsqu'il prend la parole, aime être entendu, puis écouté, et si possible compris. Parfois, il peut être difficile, à l'occasion d'une prise de parole en public, d'obtenir l'attention d'un auditoire en dépit des facteurs de distraction ou de bruit environnant (et ceci quelle que soit la forme ou la nature du "bruit" en question…). Rien n'est pire qu'avoir une conversation avec plusieurs personnes et réaliser soudain que les gens ne vous écoutent pas vraiment, et qu'en définitive vous êtes la seule personne concernée par ce qui se passe.

Si vous vous avez souvent l'impression de ne parler qu'à vous-même dans les situations de conversations et de réunions, il est possible que vous soyez vous-même le problème.

Certes, très peu de gens sont d'excellents auditeurs-nés, et beaucoup décrochent facilement (il paraît que la moyenne pour un adulte est de 11 minutes !) Cela étant, vous pouvez toujours augmenter les chances d'être écouté en donnant à votre auditoire suffisamment de bonnes raisons de le faire.

Voici un certain nombre d'erreurs de communication qui font que vos interlocuteurs ferment littéralement leurs oreilles et leur cerveau à un moment de la conversation. Ces erreurs sont pour la plupart faciles à identifier… et à réparer. Si vous vous reconnaissez ici ou là, sachez que le meilleur moment pour commencer à vous occuper de cette question est… aujourd'hui ! Examinons sans plus attendre quelques-unes de ces erreurs courantes :

please don't unfollow me 704x697

1. Vous vous lamentez sur votre sort

Pleurnicher, geindre, se lamenter sur son propre sort est peut-être humain, mais totalement contre-productif en situation de communication. Si vous agissez ainsi – aussi légitimes que soient vos raisons – vous affirmez haut et fort à la face du monde que vous avez une douleur à gérer… et que les autres ont toutes les raisons du monde de se méfier de vous ! Vous auriez tout intérêt à changer d'approche pour atteindre votre but. Certes, geindre attire peut-être la compassion dans certains cas, mais cela contribue du même coup à faire de vous une personne peu fiable qu'on a (statistiquement) plus souvent envie de fuir que de secourir.

Lire aussi  Le jeu «Avez-vous des questions ?» La pêche miraculeurse [ressource pédagogique]

2. Vous ne parlez que de vous-même.

tatoo Bernard Forever 630x412La communication est une interaction entre plusieurs personnes et vous violez les règles en étant par trop narcissique ou égocentrique. Faites en sorte que votre communication soit empathique, qu'elle permette aux autres de se projeter et de s'engager émotionnellement.

3. Vous ne savez pas vous taire.

Bon sang mais c'est bienSi vous êtes un moulin à paroles atteint par la redondance automitrailleuse, non seulement votre public s'ennuiera à mourir, mais vos interlocuteurs n'auront pas la possibilité de se projeter dans votre histoire ou votre démonstration. Au bout d'un moment, ils vont tout simplement faire la sourde oreille. Arrêtez donc votre bourdonnement incessant et élaguez significativement votre discours, sans oublier d'y ménager des pauses, des silences qui seront tout autant de sources de repos pour l'oreille, à l'image de ce que sont les surfaces blanches sur le papier pour les yeux. Surtout, efforcez-vous de ne jamais parler comme les fameux "petits caractères serrés des polices d'assurance" !

2 enfants - cri et sourde oreille

4. Vous interrompez les autres

Quand les gens parlent, le fait de les couper en plein milieu d'une phrase n'est pas simplement une manière de leur faire perdre le fil, mais aussi probablement de les offenser. En pareil cas, au lieu de s'intéresser vos arguments, leur attention sera tout entière occupée par l'idée que vous êtes une personne indélicate. Et même si ce n'est pas le cas, et que vous agissez ainsi au motif que votre pensée est tout simplement ultra-rapide, ne perdez pas de vue que vous ne pouvez jamais savoir à coup sûr ce que les autres ont à dire tant qu'ils n'ont pas terminé. Et si d'aventure, pendant qu'ils s'expriment, vous craignez d'oublier de leur dire quelque-chose juste après, entraînez-vous à prendre mentalement des notes, si vous le souhaitez, mais par pitié donnez aux autres une chance de finir !

Lire aussi  Rapports parents-enseignants-élèves : Lettre d'Abraham Lincoln au professeur de son fils

5. Vous commencez à parler en disant "…En fait, vous avez tort."

shadok coup sur la tete 74x161Vous pouvez tout aussi bien mettre quelqu'un dans une cabine insonorisée, vous arriverez au même résultat. Lorsque vous rabrouez les pensées ou des idées de quelqu'un, vous déclenchez instantanément en lui, de manière quasi-automatique, une petite "voix intérieure". Très probablement, son cerveau va se mettre illico à tenter de trouver une manière efficace de vous contredire, et de considérer à quel point vous êtes décidément une source de déception. Prenez la peine de prendre en considération les idées émises par les autres, et laissez votre point de vue reposer sur ses seuls mérites. Un "[…] Je ne suis pas d'accord" coupe toujours la communication, alors que "[…] Si vous le permettez, j'ai un autre point de vue" aura tendance à éveiller la curiosité !

6. Vous criez trop souvent au loup.

avatar Shawn, mouton de Wallace & Gromit 100x100Lorsque vous appelez la cavalerie de trop nombreuses fois, personne ne croit plus un mot que vous dites. Le climat mélodramatique que vous avez créé agit comme un répulsif qui éloigne les gens. Pire encore, en pareil cas vous aurez hélas probablement déjà brûlé la plupart de vos cartouches, et perdu toute crédibilité au moment où vous aurez un message vraiment important à faire passer.

 on est bien c'est la fête

7. Vous n'attachez pas assez d'importance à ce que vous dites.

Les gens sentent confusément quand vous êtes vous-même impliqué dans vos idées et vos pensées. Si vous ne vous sentez pas vraiment motivé par votre communication, et ne dégagez que très peu (voire pas) d'énergie à propos de ce sur quoi vous entendez communiquer, que pensez-vous qu'il va se passer en face ? Ne gaspillez donc pas vos paroles, et gardez-les donc pour les moments où vous avez-vous-même suffisamment de conviction.

Lire aussi  Chaque enfant apprend par l'exemple

Mafalda volume sonore

8. Vous parlez de choses que vous ne connaissez pas.

La connaissance est de plus en plus facilement accessible de nos jours. Ainsi, nombreux sont ceux qui peuvent facilement vous percer à jour quand vous communiquez en-dehors de votre propre domaine de compétence. En pareil cas, ils seront de moins en moins dupes et, parfois, ne manqueront pas de chercher une occasion de vous faire trébucher (bien entendu, pendant ce temps, ils ne vous écoutent pas vraiment...). Mais même sans cela, la plupart du temps ils vont en fait tout simplement débrancher leur sonotone intérieur, simplement par lassitude. Faites donc preuve de retenue. Soyez l'expert de votre propre domaine quand c'est le moment, et le reste du temps tâchez d'apprendre des autres.

Texte librement traduit, interprété, remanié et commenté par Bernard Lamailloux le 07/09/2015 à partir de l'article suivant :
http://www.inc.com/kevin-daum/17-reasons-people-aren-t-listening-to-you.html

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, merci de bien vouloir nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Laissez-nous donc un commentaire :-)

A propos de l’auteur

Bernard Lamailloux

Auteur, consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation, je suis également musicien, théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je vous réserve encore bien d’autres surprises !

6827dbc0dffa0dd690131f398e70b83bjjjjjjj
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :