UA-39107061-1
Tél. : 06 14 24 89 00

Découverte de la grande galaxie de l’accelerative learning

Que sait-il de l'amour, ton cerveau, pauvre Luis ? Rien. Il sait, par ouï-dire, que l'amour existe mais il ne sait pas le goûter. Que sait-il d'une pomme ? Son poids, sa couleur, sa chimie. La formule chimique d'une pomme nourrit-elle ? Non, mais le cerveau s'en moque. Il ne se nourrit pas de pommes, il se nourrit d'informations. Il les stocke, il les accumule, il les empile, il les interprète, il s'en bâtit des systèmes, des romans, des euphories et des angoisses. Il ne vit pas, il fonctionne. (Henri GOUGAUD : "Les sept plumes de l'aigle".)

Bonjour,

Cet article est le tout premier d'une série consacrée au phénomène de l'accelerative learning, également connu sous le vocable de mieux-apprendre.

Quand on s’intéresse aux grands courants de la pédagogie, on a coutume de citer le cognitivisme, constructivisme, le socio constructivisme, le behaviorisme... que sais-je encore ?

Ces différents courants sont dûment répertoriés, homologués, labellisés et étiquetés… mais par qui ?

…Eh bien, c'est simple : par de doctes personnes dont la principale mission consiste à répertorier, homologuer, labelliser et étiqueter des choses. Or, pendant ce temps-là, le monde bouge, évolue, et tout un pan de la réalité de situations d’apprentissage se développe, croît et existe tout tranquillement en parallèle, à côté du reste. Dans un certain nombre de cas, cela se produit sans que nos chers répertorieurs-homologueurs-labelliseurs-étiqueteurs ne paraissent le moins du monde concernés !

Littérature grise...

Lorsqu’il m’est arrivé d’en croiser (essentiellement à la fac) et de leur montrer des ouvrages portant sur ces sujets-là et expliquant ce qui s’y passe, la très grande majorité  de mes professeurs m’opposaient en général une fin de non-recevoir, sans même daigner jeter le moindre regard là-dessus, au motif que cela appartenait à ce qu’ils appelaient très joliment de la « littérature grise » !

Pour les non-initiés, je précise que la littérature grise, dans la bouche des répertorieurs-homologueurs-labelliseurs-étiqueteurs, désigne tout ce qui se publie en-dehors des revues universitaires. Voilà en effet une manière plutôt cavalière, mais fort commode, de laisser dans l’ombre une bonne part du réel, tout en permettant de rester dans l’entre-soi de tous ceux qui – certes – ont compris tout l’intérêt qu’il peut y avoir à se réfugier dans la réflexion… parfois même jusqu’à aller se retrancher le plus loin possible de l’action.

De bien tristes prestidigitateurs

Bien entendu, je ne parle pas ici de l'ensemble des professeurs d'université, loin s'en faut, mais tout de même d'une bonne partie d'entre eux qui (hélas) tient le plus souvent "le haut du pavé", comme on dit. Ces personnes-là ont une fâcheuse tendance à repousser d'un revers de main, et sans aucun état d'âme, tous les faits qui ne concordent pas avec leur sacro-sainte "validité scientifique" du moment. Le fameux classement de Shanghaï (sur les universités dans le monde) les place-t-il dans une position délicate, au motif que notre pays - pourtant inventeur de l'université ! - est en train de tomber en chute libre dans ce classement  ? Que nenni, il suffit de déclarer que les critères de ce classement ne sont pas appropriés, et hop, le tour est joué !

Au procès de Galilée, ils étaient déjà là, pour déclarer sans rire "...que les météorites ne peuvent pas être des pierres qui tombent du ciel, puisqu'il n'y a pas de pierres dans le ciel".

Tous les jours, en pédagogie des adultes notamment (oui, je sais, il faudrait théoriquement que j’emploie le terme « andragogie », mais voyez-vous comme c’est bête, il est important pour moi de me faire comprendre du plus grand nombre, quitte à prendre le risque de chagriner tous les Diafoirus du moment…) Tous les jours, disais-je, ces concepts sont utilisés par des centaines de milliers de personnes. Pour vous en persuader, rendez-vous chez votre libraire préféré.. quittez le rayon "Pédagogie" et approchez-vous des rayons intitulés "Entreprise", "Vie pratique", voire "Développement personnel" (Remarque : si d'aventure un ou plusieurs de ces mots vous donne des boutons, aucun souci, retournez donc vous réfugier bien au chaud dans vos bonnes vieilles habitudes 🙂

Je vais vous confier une chose toute bête : Quand j’ouvre un livre traitant de pédagogie, et que ça jargonne du début à la fin (alors même qu’aujourd’hui j’ai assimilé une grande partie de ce jargon), je ne peux pas m’empêcher de me dire que – de l’auteur ou du lecteur – l’un des deux au moins a un gros problème. Et devinez pour qui je tranche, en général, mmmmh ?

Lire aussi  La façon dont on « se représente les choses dans la tête » change... tout !

Alors c’est vrai, le courant pédagogique dans lequel je me reconnais et m’épanouis le plus passe le plus souvent à la trappe et, du coup, se retrouve injustement ignoré des nombreuses personnes de bonne volonté désireuses de s’intéresser aux choses de la pédagogie, lesquelles passent nécessairement par le prisme quasi obligé de la doxa (mais oui, vous savez, les « milieux autorisés », comme disait Coluche, qui avait compris bien des choses) ! Fort heureusement, aujourd'hui internet est là, pour le meilleur et pour le pire, et il contribue dans bien des domaines à fissurer quelques édifices, et à faire parfois bouger les choses (Dieu merci, je ne suis certes pas le premier blogueur à parler de ces choses-là !).

Pour ma part, l'accelerative learning est ce qui m’anime et m’aide à faire de tous mes face-à-face pédagogiques de purs moments de bonheur, pour moi et (je l’espère !) pour mes apprenants.

Ce que, faute de mieux, nous appellerons "ce courant" part du principe tout bête qu’on n’apprend jamais aussi bien que lorsqu’on ne s’aperçoit pas qu’on apprend, et qu’à l’instar de Bergson, « Il n’y a pas d’idée (philosophique ou non), si profonde ou si subtile soit-elle, qui ne puisse et ne doive s’exprimer dans la langue de tout le monde. » Son plus grand ennemi est également celui de plein de générations d’enfants. Il s’appelle l’ennui.

Courant ou galaxie ?

L'accelerative learning est maintenant très largement utilisé dans le milieu des entreprises et de la formation personnelle (mais toujours plus ou moins marginalisé par l’université !).

Les fans de l'accelerative learning n’ont en général pas le sentiment de faire partie d’une école, d’une chapelle, et encore moins d’une approche théorique, et ceci pour une raison bien simple : ils s'intéressent bien plus à des notions telles que le bon sens ou l'humour (vecteurs d'apprentissage extrêmement puissants, comme on le verra dans le prochain article).

En général, ils préfèrent dire qu’ils font partie d’une « galaxie », vous savez, cette structure en spirale tournant autour d’un noyau dur, lequel n’est jamais plus qu’un objectif vers lequel on tend...

Ainsi, l'accelerative learning ne passe pas par les fourches caudines de notre belle Université, pour le simple motif que toute cette galaxie « pas vraiment orthodoxe » n’hésite pas à « picorer » ici et là de nombreuses techniques ou méthodes qui n’ont pas forcément droit de cité chez nos doctes chercheurs. Cela n’empêche pas toutes ces petites « planètes » d’être réutilisées avec succès un peu partout dans le monde, tout simplement par les millions de petites (et moins petites) mains qui vivent dans le cambouis du réel, aussi bien dans le milieu de l’entreprise (formation professionnelle, mais aussi brainstorming, techniques de résolution de problèmes, ou plus généralement ressources humaines), de l’enseignement, de l’éducation des jeunes enfants (allez donc voir du côté des pédagogies dites "décalées") … jusqu’aux nombreux parents qui de par le monde s’intéressent à la manière dont ils peuvent efficacement venir en aide à leurs enfants pour les devoirs à la maison !

L'exemple du Mind Mapping

Un exemple de ces galaxies ? Le Mind Mapping, mais oui, amis connectivistes, vous avez bien lu ! Le Mind Mapping popularisé par les ouvrages de Tony Buzan, est depuis de nombreuses années largement utilisé, promu, encouragé par les fans du mieux-apprendre. L'époque où il fut à son tour utilisé, repris, et même (...parfois exagérément)  encensé par les "pédagogues patentés" est beaucoup plus récente. Qu'importe, c'est avec bonheur que j'ai vu tant de personnes, blogs, méthodes pédagogiques s'approprier et diffuser cette technique (propriétaire de personne, faut-il le rappeler ?)... technique qui (pour ma part) m'a été enseignée il y a déjà fort longtemps !

Lire aussi  Allez les profs, encore un effort... :-)

Si le terme « Mind Mapping » ne vous dit rien, voici la liste des synonymes les plus couramment employés :

      • Arbre de connaissance
      • Carte Cognitive
      • Carte Conceptuelle
      • Carte euristique
      • Carte heuristique
      • Carte mentale
      • Carte sémantique
      • Constellation d'idées
      • FlowChart
      • Learning Map
      • Mind Map
      • Mind Mapping
      • MindChart
      • MindCluster
      • Mindmapping.
      • Mindscape
      • Schéma euristique
      • Schéma heuristique
      • Topogramme.

La longueur de cette liste vous surprend ? Eh bien, dites-vous bien que cela peut être aussi un signe de bonne santé pour le mind mapping, qui par nature a du mal à se laisser classifier, étiqueter, etc... La liberté est parfois à ce prix 🙂

Ressources sur l'accelerative learning : comment s'y retrouver dans cet univers "open source" ?

Je reparlerai plus en détail du mind mapping prochainement. Pour ce qui concerne l'accelerative learning, voici quelques premiers jalons, bons points de départ pour ceux qui seraient en recherche de ressources. Il suffit en effet de googler la plupart des noms apparaissant ci-dessous pour se faire une première idée, tout en gardant bien à l'esprit que les noms cités ici désignent parfois des contributeurs... bien involontaires ! En effet, non seulement l'accelerative learning est une galaxie, mais c'est aussi un gigantesque Lego dans lequel chacun peut venir puiser à sa guise, ce qui ne nuit aucunement à son efficacité, bien au contraire... tenez, pensez donc à ce qu'est Linux pour le monde des informaticiens 🙂

Quelques noms Commentaires, explications, champs de recherche ou d’application
Tony Buzan Né en 1942, c’est un psychologue anglais connu pour être le créateur du concept de carte heuristique, mas également plusieurs techniques dites de mémorisation totale (SEM3 et « Grand système »)
Georgi Lozanov Médecin et psychothérapeute bulgare (1926-2012). Considéré comme un des pères fondateurs, il est décédé depuis peu. Travaux sur la mémoire et les différents facteurs « facilitateurs » d’apprentissages. Voir http://dr-lozanov.com/
Roger Sperry, Paul Mc Lean et tous les spécialistes des neurosciences. Tout ce que les neurosciences peuvent nous apprendre sur la manière dont se font les acquisitions fait bien entendu le miel des fans de l'accelerative learning, qui s’efforcent d’utiliser toutes ces découvertes dans des applications bien concrètes.
Howard Gardner Né en 1943, Gardner  travaillait à l'origine sur les lésions cérébrales et leurs conséquences. il est aujourd’hui le père de la théorie des intelligences multiples. Il enseigne à l'université de Harvard
Edward de Bono né en1933 à Malte, psychologue et médecin spécialiste en sciences cognitives. Il est connu pour avoir promu la notion de « Pensée latérale ».
Bruno Fürst Bruno Fürst (1891-1965) fut le plus créatif, imaginatif, inventif et fabuleux des facilitateurs  mnémotechniques. Le mieux est d’aller voir cet exemple... (cherchez le titre "La ressource")
Sivasailam Thiagarajan, alias Thiagi Inventeur génial et pétillant du concept des « Jeux-Cadres » (qui, du moins à mes yeux, ont un lien de parenté criant avec les serious games), Thiagi est aujourd’hui mondialement reconnu.

Voilà. Dans un prochain billet, je me propose de vous parler de Bruno Hourst (qui est le meilleur vulgarisateur, au meilleur sens du terme, de toutes ces notions pour un public francophone). Je vous ferai également partager quelques principes et exemples de ce qu'est l'accelerative learning, très concrètement.

À bientôt !


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article, merci de bien vouloir nous en informer. Pour cela, il vous suffit de sélectionner le texte en question, puis d'appuyer sur Ctrl + Entrée.

24 commentaires
  1. Tout un nouveau monde à découvrir … Vite le deuxième épisode.
    Peut-être m’impliquerai-je mieux dans les cartes mentales quand je ferai de meilleures association d’idées. Pour l’instant mes cartes ressemblent à de véritables romans et deviennent illisibles. L’un de mes deux cerveaux ne fonctionne pas bien 🙂
    Une piste à explorer, merci pour ce partage.

    • Merci pour l’enthousiasme, on a encore rien trouvé de mieux pour apprendre à apprendre 🙂 « L’un de mes deux cerveaux ne fonctionne pas bien 🙂 » est une croyance limitante (même dit en plaisantant). Si on arrive à la remplacer par « J’ai tout ce qu’il faut pour y arriver, y compris deux hémisphères normalement constitués biscotte y’a pas d’raisons » ben c’est mieux. Pourquoi ? Parce que nous sommes tout suffisamment retors pour créer de prophéties auto-réalisatrices (moi y compris, hein ? faut pas croire…) . Alors, autant choisir les bonnes, non ? En tout cas merci encore pour le soutien, je promets de m’appliquer pour le prochain article 😉

  2. ‘andragogie’… par opposition à pédagogie. Et voilà, un nouveau mot à mon répertoire (je peux?) 😉

    • Mais ben sûr Pascal… encore que tu ne seras pas tellement plus avancé après ça (sauf pour mieux comprendre certains ayatollahs de l’étymologie et autres coupeurs de cheveux en quatre, mais est-ce bien important ? …Je te laisse juge 🙂

    • J’ai amené le Latin jusqu’au bac alors l’étymologie c’est un peu une marotte.

  3. Salut Bernard,

    Belle initiative. Je ne me souviens que quelqu’un se soit employé à cet exercice. Pourquoi ne pas utiliser un jeu pour présenter le Mieux Apprendre ? Bravo pour ce premier article. Denis

  4. Attention Denis, tu n’ignores pas que je te considère comme un des principaux artisans (et promoteurs) du Mieuzapp dans notre belle contrée (nous ne sommes pas si nombreux que ça, à bien y réfléchir…). Tu risques donc fort d’être cité bientôt 😉 Pour le jeu, je vois ce que tu veux dire, il faut qu’on en parle…

  5. Est-ce qu’il faut beaucoup d’entrainement pour avancer avec le Mind mapping ?

    • …Beaucoup d’entrainement pour avancer avec le Mind mapping ? Je ne sais pas s’il faut parler d’entraînement. Je préfèrerais parler plus prosaïquement d’ « heures de vol » 🙂 Il en va ainsi de beaucoup de choses… Pour moi, le mot « entrainement » renvoie à une discipline, à quelque chose qui relève de l’astreinte, de l’effort que l’on s’impose… Imaginerait-on quelqu’un demander « faut-il beaucoup d’entraînement pour manier une télécommande de téléviseur ? »… Si vous vous forcez (pour quelque obscure raison 🙂 la réponse sera « oui », à coup sûr. Mais si vous trouvez cela magique, amusant, rigolo, vous apprendrez bien plus vite, sans même vous en rendre compte… ce qui – au passage – est pratiquement la définition même du mieux-apprendre !. Si le mind mapping fait sens pour vous, je suis persuadé que ça « rentrera tout seul ». Même si au début, il est vrai que cette pratique peut bouleverser quelque peu nos manières de fonctionner… en fait, notre cerveau est toujours assez prudent avec ce qui est nouveau…. et en même temps, il adore ça 🙂

  6. Bonjour,

    J’ai bien aimé votre article. Je veux juste signaler une erreur sur le nom d’un formateur : Bruno Hourst (et pas Furst). J’ai beaucoup apprécié plusieurs de ses livres.

  7. Bonjour.

    Merci de votre appréciation. Je suis désolé, mais je pense que vous avez seulement cru déceler une erreur là où il n’y en a pas…

    Bruno Furst et Bruno Hourst sont deux personnes différentes. Le premier a inventé un moyen mnémotechnique (permettant de retenir des séquences de chiffres et de nombres, de zéro à l’infini), fondé sur une correspondance entre chiffres et consonnes, valide et adaptable dans un grand nombre de langues.

    Le second a permis (par ses ouvrages, mais aussi ses conférences et séminaires) de faire connaître et diffuser largement les techniques du mieux-apprendre en Europe.

    Dans cet article, je parle bel et bien de l’un et de l’autre,et ne pense pas avoir fait de confusion entre les deux. Et dans le suivant [ http://wp.me/pD6Ro-gY ], j’explique plus en détail ce que j’ai pu apprendre très directement (et concrètement) au contact de Bruno Hourst.

Et si vous laissiez un commentaire ?...

A propos de l’auteur

Bernard Lamailloux

Auteur, consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation, je suis également musicien, théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je vous réserve encore bien d’autres surprises !

cc7a0e98ff74e764ec0da6ee3a9b9957cccccccccccccccccccccc
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :