UA-39107061-1
Redonner le plaisir de transmettre et d'apprendre
Tél. 06 14 24 89 00

Blog de Former Plus Haut!

Bienvenue dans cette section

Vous trouverez ici nos articles de blog. N'hésitez pas à parcourir également les commentaires (les liens figurent après chaque titre d'article), et à y laisser le vôtre, le cas échéant. Bonne visite !

Rire de soi…

Flavia rire de soi

Mon amie Flavia Perez : tout à la fois belle, drôle, talentueuse et j'en passe...

 

L'humour est pour moi une valeur à part entière... à la seule condition qu'il ne s'exerce pas au détriment des autres. Je ne parle pas seulement des salles de formation, là... En général l'ironie me fatigue, le persiflage m'encombre, la moquerie m'endort.

A l'opposé de tout ceci, la capacité à rire de soi a toujours constitué à mes yeux une qualité majeure. A mon modeste niveau, je ne rate jamais une occasion d'en user et d'en abuser. Et puis me sachant maladroit et gaffeur, c'est peut-être aussi une façon de montrer que je ne cherche aucunement à faire illusion...

C'est donc avec un plaisir jubilatoire que j'ai découvert le texte ci-dessous en ouvrant mon réseau social préféré ce matin. Il provient d'un monsieur (excellent musicien au passage) que nous appellerons Alain.

En guise de préambule, Alain nous explique avoir observé qu'une tendance tenace, notamment sur les réseaux sociaux, consiste pour tout un chacun à présenter surtout des aspects valorisants de sa petite personne. Aujourd’hui il choisit d’aller à contre-courant en narrant un épisode peu glorieux qui lui est arrivé récemment.

Je vous laisse découvrir la suite:

J’avais un rendez-vous important dans Paris et, arrivé un peu trop tôt, je traînais dans le quartier. Passant devant une vitrine miroir, j’ai eu l’idée de contrôler ma mise. Aucun besoin de me recoiffer puisque le capillaire a quitté mon crâne depuis plusieurs années suite à un différent non élucidé. En revanche, je vérifiais qu’aucun petit locataire clandestin n’avait squatté mes narines, puis je prenais la tête qu’on s’imagine être la plus à son avantage, à travers une petite série de poses et expressions…

Et puis soudain dans la pénombre derrière le miroir j’ai distingué un premier visage, puis un autre. Il y en avait ainsi une bonne dizaine ! Tous me regardaient l’air mi-interdit, mi-rigolard. En réunion autour d’une longue table, ces hommes et ces femmes me fixaient à travers ce qui s’avérait être en fait la vitre sans tain d’un bureau donnant sur la rue. Comme un gamin qui remonte aussitôt sur son vélo après une chute, j’ai tenté de couper court au ridicule en m’éloignant prestement, l’air de rien. En réalité, j'étais loin d'être fier et je repassais rétrospectivement dans ma tête les diapos de mon défilé de visages pour mesurer l’étendue de l’humiliation.

Une autre personne (que nous appellerons Annie) lui répond :

J'ai fait bien pire !! ...lors d'un voyage scolaire à Rome en 5ème, pour éviter de payer la dame pipi, avec une file d'attente de dingue, je me suis engouffrée dans le fond d' une impasse pour me cacher derrière une pitite Fiat... me pensant seule au monde, je baisse ma jupette, me positionne en mode pipi urgent, et làààààààààà patatras !!!!

Dans la Fiat, il y avait quatre italiens morts de rire!!! .....oui je sais !!!!

Pour ma part, j'ai l'impression d'avoir déjà versé mon obole à cet exercice de style en vous racontant... le jour où deux participantes à une formation m’ont surpris… en slip !

Et vous ? Avez-vous déjà eu l'occasion de rire de vous-mêmes ?
Mieux : oserez-vous venir laisser un témoignage dans ces colonnes ?

Je vous attends de pied ferme...

Bien à vous,

Bernard

 

Flavia que la farce soit avec toi

///////

Conférence de Bernard Lamailloux au SYCFI le 27 février

"Construire et animer une session de formation

Soirée
"UN LIVRE, UN AUTEUR"
au SYCFI


Bernard Lamailloux
Auteur, consultant, formateur de formateurs
A animé un atelier spécial
à l'invitation du

SYCFI
Syndicat des Consultants Formateurs Indépendants

Il s'agissait d'une soirée de présentation vivante, illustrée,
ludique et interactive de sa méthode exclusive
et de son ouvrage :

CONSTRUIRE ET ANIMER
UNE SESSION DE FORMATION
Transfert des compétences : les clés du succès

Paru aux éditions DUNOD en juillet 2014

Éléments du programme de la soirée :
  • La légende des deux oasis (une bien belle histoire dédiée aux formateurs, et également une initiation au storytelling)
  • Le démarrage « R.A.P.I.D.O.S. » (pour être sûr de ne rien oublier en début de session)
  • Vous avez tout ce qu’il faut… et vos apprenants aussi ! (Bernard prend le pari que vous quitterez la soirée avec cette certitude...)
  • Vous avez une mémoire extraordinaire (un atelier passionnant à vivre… et une précieuse ressource pédagogique à partager avec vos apprenants)
  • Les dix règles d’or d’une formation réussie (pour repartir de la soirée avec un résumé opérationnel de tout ce qui aura été abordé)

 

Date et heure :

Vendredi 27 février 2015 de 18h30 à 20h00

 

Lieu :

Mas des Oliviers
Ibis Styles Aix-en-Provence
3 Bd de la Grande Thumine
Quartier Jas de Bouffan
13090 Aix-en-Provence
Tél. 04 42 59 98 01

Plan Google Maps  ici :

 

Participation aux frais :
  • Adhérents SYCFI : Gratuit
  • Sympathisants  : 10 Euros
Vous pouvez accéder au document qui a été projeté à cette occasion en cliquant tout simplement sur ce lien.

 

 

 

///////

Le jeu de la carte postale (ressource pédagogique)

compères en marinière

Comment naissent les malentendus

Ce petit jeu, dit "de la carte postale" (ou "Comment naissent les malentendus") est une ressource pédagogique qui nous montre que la communication orale est trop souvent perçue comme un processus où les choses vont pour ainsi dire de soi, alors que dans la réalité il en va tout autrement. Et même si nous nous en doutions plus ou moins, cette activité toute simple permet à chacun de nous de le vivre, ce qui fait toute la différence.

Matériel : Une cinquantaine de cartes postales (on peut les choisir neuves, ou même puiser dans son stock perso de cartes postales reçues, c'est selon...).

Durée : Compter 10 minutes pour le jeu proprement dit, et autant pour le débriefing en groupe (6 à 50 personnes).

Déroulement du jeu

L'animateur distribue au groupe des cartes postales (chacun en prend une au hasard, les cartes sont retournées de telle façon qu’on ne voit pas les images, photos, illustrations du recto), puis les participants se mettent par groupes de deux pour une activité annoncée comme durant 10 minutes.

vélo garé devant des voletsDans chaque groupe, le premier participant regarde (pour lui seul) la photo ou l'image de sa carte postale, puis, sans la montrer à l’autre, se met à la lui décrire de son mieux. Ainsi, par la force des choses, l’autre « construit » alors sa propre représentation de la carte au fur et à mesure (les questions sont interdites...). Au bout d'un temps déterminé (5 minutes maximum, mais les joueurs peuvent tout aussi bien choisir d'arrêter avant), le « narrateur » retourne la carte, et l’autre réagit en direct en faisant part de ses éventuelles surprises.

Ensuite on échange les rôles, on repart pour 5 autres minutes. Lorsque les 10 minutes annoncées au départ sont écoulées, tout le monde est censé avoir terminé, le grand groupe peut alors se réunir de nouveau

La phase de débriefing

L’animateur part à la pêche aux réactions en posant quelques questions du type « Comment avez-vous réagi en découvrant la carte ? Était-elle conforme à l'idée que vous vous en étiez faite ? Qu’avez-vous ressenti alors ? ».

Les réactions sont souvent très diverses : certains déclarent avoir découvert quelque-chose d’à peu près conforme à ce qu’ils imaginaient, alors que d’autres, en revanche, avouent être carrément tombés des nues en découvrant une photo ne correspondant pas du tout à ce à quoi ils s’étaient attendus… Et ceux-là sont bien souvent les plus nombreux !

En règle générale il ressort de ce débriefing que « celui qui écoute » a effectivement construit à un moment donné une sorte d’image mentale à partir du récit de l’autre. Au moment où cette image se crée dans notre tête, cela correspond à quelque-chose de vague, mais qui se précise parfois très vite, et au bout d'un moment, on « fait tout pour étayer notre construction mentale », ou tout du moins on renforce soi-même cette image. En effet, nécessité fait loi, et il faut bien se faire une idée à partir de quelque chose… Nous faisons  tous comme nous pouvons, avec les éléments dont nous disposons, que ce soit en tant qu'émetteur ou bien récepteur d'information. Et à l'arrivée, il y a fatalement des écarts, souvent sources de malentendus, voire de conflits...

timbre poste et tampon

A quoi sert ce jeu, quelle est son utilité pédagogique ?

Si vous entendez transmettre à un groupe un certain nombre d'éléments concernant la communication interpersonnelle, l'écoute active, la reformulation, l'assertivité ou même la communication non violente, vous constaterez qu'une partie de l'auditoire traînera quelquefois les pieds, au motif que "Tout cela est bien gentil, mais n'est pas vraiment utile, nous enfonçons là des portes ouvertes, et coupons les cheveux en quatre...". Or, si ces personnes ont eu auparavant l'occasion de vivre une expérience leur rappelant que les portes ne sont pas toujours aussi ouvertes qu'on le croit, et que certains cheveux sont en fait des troncs d'arbre, vous avez de grandes chances qu'elles se montrent (peu ou prou) meilleur public, le moment venu.

Ne vous laissez pas berner, le coût est en fait proche de zéro...

En visitant des salons consacrés aux apprentissages, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de découvrir des sortes de « kits » composés de photographies cartonnées, destinés à une utilisation semblable, accompagnés d’une notice expliquant ce que je viens de vous raconter, mais en beaucoup plus long. Le tout coûte en général un prix assez hallucinant, et j’avoue avoir eu du mal à saisir la valeur ajoutée par ces « kits » par rapport au jeu qui m’a été transmis (et que je me fais une joie de vous transmettre ici à mon tour)… Je trouve pour ma part beaucoup plus enrichissant de me remettre au hasard des cartes postales que j’ai reçues au cours des années. Et si d’aventure un participant s’amuse au passage à lire qui m’a envoyé ses grosses bises, et d’où, eh bien cela ne me gêne nullement !

 

 

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

Entre...

Ce que je pense...

Ce que je veux dire...

Ce que je crois dire...

Ce que je dis...

Ce que vous avez envie d’entendre...

Ce que vous croyez entendre...

Ce que vous entendez...

Ce que vous avez envie de comprendre...

Ce que vous croyez comprendre...

Ce que vous comprenez...

 

...il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.

Mais essayons quand même...

Bernard WERBER, Encyclopédie du savoir relatif et absolu

 

 

Merci à Isabelle, une de mes lectrices à l’œil particulièrement affûté, sans lequel je n'aurais peut-être jamais eu l'idée de publier cette ressource...

 

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////

Université d’Avignon – diaporama de la conférence sur les moocs

Bernard Lamailloux pendant la conférence d'Avignon sur les mooc (15 janvier 2015)

Bonjour,

Qu'il me soit permis de remercier chaleureusement les personnes présentes à la conférence que j'ai donnée hier, ainsi que service Formation Continue de l'université d'Avignon pour son accueil, en particulier :

  • Jean-Pierre COSTA (Directeur)
  • Carine GRANDOUILLER (Responsable Administrative)
  • Dominique REY (Ingénierie Pédagogique)
  • Fabienne Schaeffer (Chargée d'animation et ingénierie)

 

Vous trouverez sous ces lignes un accès au diaporama présenté lors de la conférence. Il s'agit d'une version imprimable, annotée, enrichie des mentions de tous les liens et sources utilisées.

il vous suffit pour cela de cliquer sur l'image ci-dessous.

Diaporama de la conférence donnée par Bernard Lamailloux à l'université d'Avignon

En complément, voici une vidéo de 6 minutes, conçue par uNow, et consacrée au descriptif d'un mooc. Cela vous donnera, si besoin, une idée concrète et abondamment illustrée du parcours d'un apprenant dans un mooc.

 

A partir de ces deux autres images, vous pourrez aussi visionner les vidéos de mes deux entretiens avec Deborah Augustiniak diffusés dans le cadre du mooc "ITYPA" (en décembre dernier).

vignette deborah 1e interview moocvignette deborah 2e interview mooc

Bien à vous,

Bernard Lamailloux

 

 

  • Dernière minute : le diaporama de la conférence est également disponible sur #Slideshare. Le lien est http://goo.gl/rxYLIX

 


 

Construire et animer une session de formation


Bernard est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////

Conférence de Bernard Lamailloux à l’Université d’Avignon

Jeudi 15 janvier 2015 de 18h à 20h, Bernard Lamailloux a animé une conférence-débat intitulée :

"Les MOOCs : origines, perspectives et limites"

Cette conférence était organisée par le Service Commun de la Formation Continue de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse.

Programme détaillé ci-dessous :

Descriptif de la conférence intitulée "Les MOOCs : origines, perspectives et limites", animée par Bernard Lamailloux le jeudi 15 janvier 2015 de 18h à 20h à l'université d'Avignon.

Vous trouverez sous ces lignes un accès au diaporama présenté lors de la conférence. Il s’agit d’une version imprimable, annotée, enrichie des mentions de tous les liens et sources utilisées.

il vous suffit pour cela de cliquer sur l’image ci-dessous.

Diaporama de la conférence donnée par Bernard Lamailloux à l'université d'Avignon

 

 

A partir de ces deux autres images, vous pourrez aussi visionner directement les vidéos des deux entretiens de Bernard Lamailloux avec Deborah Augustiniak diffusés dans le cadre du mooc « ITYPA » (en décembre 2014).

vignette deborah 1e interview moocvignette deborah 2e interview mooc

///////

La légende des deux oasis sur Youtube et dans un mooc !

Image symbolisant la  légende des deux oasis

Pour son 2e entretien avec Deborah Augustiniak dans le cadre du #mooc #ITYPA, Bernard Lamailloux vous offre enfin une version filmée de sa fameuse "légende des deux oasis". Allez-y, vous n'en reviendrez pas !

 

Quelques liens utiles, en prolongement de cet entretien :

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD. La légende des deux oasis est retranscrite en préambule de cet ouvrage.

///////

Vous avez tout ce qu’il faut (pour apprendre). Bouts de mooc…

 Vidéo de l'entretien de Bernard Lamailloux avec Deborah Augustiniak sur le thème "Vous avez tout ce qu'il faut pour apprendre"

Bonjour

L'heure du foisonnement des dispositifs permettant d'apprendre en ligne n'a pas fini de sonner, depuis qu'ITYPA, le tout premier mooc (comprendre "cours en ligne ouvert et massif") francophone a démarré en octobre 2012 (il en a d'ailleurs été question dans ces colonnes).

ITYPA beau ça madame ?...

ITYPA est en fait l'acronyme de « Internet, tout y est pour apprendre ». Vaste programme... A l'époque, je faisais partie des "spectateurs" qui n'auraient pour rien au monde raté cet événement d'un genre nouveau, que dis-je, révolutionnaire ! Ce dispositif pédagogique original, élaboré dans un contexte qui me remettait en mémoire les temps exaltants où émergeaient les premières "radios libres",  était composé à partir d'échanges, d'exposés, de partages de ressources tous azimuts sur le thème de l'auto-apprentissage à partir d'internet, avec force conseils et témoignages d'experts sur l'art d'affûter ses coupe-coupes pour se tailler un chemin dans cette jungle internette pas si impénétrable qu'on pourrait le croire, finalement.

Pédago-geeks-mais-gentils-quand-même...
Parmi mes petits camarades spectateurs et tateuses, comme disait l'autre, se trouvait une adorable et pétillante jeune femme : Deborah Augustiniak. Elle et moi, nous nous sommes très vite reconnus mutuellement, instinctivement, en tant que "pédago-geeks-mais-gentils-quand-même", si vous voulez. Par la suite, nous avons tissé de véritables liens autour de nos passions communes, et avons continué à échanger régulièrement nos points de vue, bons plans et autres coups de coeur... Je vous recommande d'ailleurs d'aller visiter son blog si vous ne le connaissez pas.

Le hasard a voulu que par la suite, Deborah, devenue de plus en plus pro-active sur le réseau ITYPA, soit repérée, puis carrément enrôlée dans l'équipe de production de ce mooc, au point que deux années plus tard, la voici aux manettes d'un bout de ce qu'on a appelé la saison 3  (clin d'oeil aux séries américaines... ?).

Vous avez tout ce qu'il faut (...pour apprendre)

C'est dans ce cadre-là qu'elle m'a très gentiment invité à "causer dans son poste" à propos d'un de mes dadas : "Vous avez tout ce qu'il faut (...pour apprendre)", et ce fut un grand moment...

Oui, parce que je trouvais que le "Tout y est pour apprendre" de son mooc partait d'une excellente idée (surtout si l'on prend en compte l'explosion actuelle du e-learning)... du moment qu'à l'autre bout de la chaîne il n'y avait pas trop de grattages de tête du côté des apprenants sur le mode "...Oui, mais moi, est-ce que de mon côté je suis sûr d'avoir bien tout ce qu'il faut en stock, pour apprendre ?".

Je m'en suis ouvert auprès d'elle, et nous en avons longuement discuté, à la suite de quoi elle m'a proposé de reprendre cette discussion lors d'un entretien qui serait diffusé dans le cadre du mooc !

Banco, lui ai-je répondu. Le résultat se trouve ci-dessous, si le coeur vous en dit...

Bien à vous,

Bernard

///////

Formation 3.0 – Une idée qui fait son chemin…

paysage de nature, effet ombre chinoise

Crédit photo : © Elise Vassalucci

 

Défricher la jungle internet dans l'idée d'apprendre à apprendre, c'est possible !  Chez Formation 3.0, vous trouverez tout l'équipement nécessaire...

Un internaute averti a tendance à se doter de toute une panoplie d'outils, plugins, et autres web-applications glanées ça et là, au petit bonheur de ses différents "butinages", comme disent si joliment nos amis québécois.

C'est ainsi que ça se passe le plus souvent : on "tombe" sur un de ces outils, on se dit "tiens, ça a l'air pas mal, ce truc !", et puis on l'emmène dans nos bagages, pour une durée indéterminée... Puis, au détour d'un autre chemin, on découvre un autre outil, et on l'embarque dans sa besace, à toutes fins utiles, et ainsi de suite...

Pour ma part, je ne manque jamais, en plus de tout ceci, d'aller également regarder ce qui est présenté dans un magasin spécialisé. Ce magasin s'appelle Formation 3.0 et il est tenu par un homme débonnaire, sympathique, accueillant, malicieux et surtout hyper compétent. Ce bonhomme-là s'appelle Marco Bertolini, et sa remarquable boutique se trouve à l'adresse suivante : http://format30.com/ A ne manquer sous aucun prétexte : le rayon Apprendre à apprendre, que je vous recommande particulièrement.

aperçu du site Formation 3.0

J’ai tendance à exploiter… pratiquement TOUT ce dont il est question sur ce blog si inspirant ! Elle est pas belle la vie ?
Ainsi, je me rends très régulièrement dans cette boutique. Mieux : Je me suis même abonné à son catalogue, et je vous invite au passage à en faire autant ! Peut-être même qu'à force de vous voir rôder dans sa boutique, le patron finira par devenir votre ami, qui sait ? Cela m'est bien arrivé, à moi ! Du coup, j'ai tendance à lire carrément tout ce qui s'y publie, déjà par simple "curiosité amicale", sans me soucier le moins du monde de ce qui sera pour moi matière à être exploité, ou pas… Et là, bingo, ça ne rate jamais ! Figurez-vous qu'à l'arrivée, j'ai tendance à exploiter directement… pratiquement TOUT ce dont il est question sur ce blog si riche et inspirant ! Elle est pas belle la vie ?

Tenez, le dernier exemple en date : un article publié tout récemment à propos de Grytics, système d'analyse des groupes de discussion sur Facebook et LinkedIn, dont Marco Bertolini nous rappelle que certains d'entre eux, bien que très "peuplés" sont "[…] de vrais territoires de zombies, des agrégats de morts-vivants qui ne se parlent pas, où l’échange constitue l’exception et où le commentaire brille surtout par son absence…".

Voilà qui tombe bien me dis-je illico : cela faisait justement une sacrée lurette que je me grattais a tête sur le point de savoir s'il ne serait pas judicieux d'aller faire un peu de ménage dans les groupes où je me suis inscrit, parfois inconsidérément… Oui mais bon, sur quels critères ?... Voilà qui mérite réflexion...

J’en ai rêvé, Sony l’a fait !

ciel multicolore, monde en perpétuelle mutation

C'est ce que proclamait une publicité, il y a quelques années… "J'en ai rêvé, Formation 3.0 l'a trouvé !", pourrais-je répondre aujourd'hui !

En effet, ce fameux "Voilà qui tombe bien ! ", que je me suis dit à propos de ce Grytics, j'ai réalisé que je me l'était déjà dit des dizaines, de fois ! Pour faire court, c'est même carrément ce que je me dis à peu près à chaque fois que je prends connaissance d'une nouvelle publication de Formation 3.0.
phare dans les asturiesAinsi, dans ce monde en "constante mutation", où chacun d'entre nous se retrouve tout à la fois "acteur de son propre savoir" et "perpétuellement noyé sous des tonnes d'information" (le jeu consiste à compter les poncifs qui  se cachent dans la présente phrase... :-) , il me paraît plus que jamais crucial de repérer quelques ressources, points de repère, balises, et autres phares se trouvant pile au bon endroit pour venir nous éclairer notre chemin sur une mer trop souvent démontée. Certes, de mon côté, je pratique forcément, peu ou prou, comme tant d'entre nous, une activité s'apparentant quelquefois à ce qu'on pourrait appeler un peu pompeusement de la "veille technologique"

De tels "phares", fiables, astucieux et généreux à ce point, je n'en connais pas tellement, au bout du compte…
Mais gardons la tête froide, si vous le voulez bien. Si je veux revenir sur terre et être un tant soit peu réaliste, et – pourquoi pas – sérieux (...pour une fois !), je me dis qu'il est beaucoup plus judicieux et prudent de suivre – en plus – les découvertes de ceux qui ont un si grand nombre d'heures de vol à leur actif, et ceci d'autant plus lorsqu'ils ont, par dessus le marché, la générosité de nous en faire profiter !

De tels "phares", fiables, astucieux et généreux à ce point, je n'en connais pas tellement, au bout du compte… Peu importe, leur lumière me rassurera toujours. Et, fort opportunément, il se trouve que parmi eux, Marco Bertolini, avec son blog Formation 3.0 occupe… ce qu'on peut appeler une place de tout premier choix. Et que, selon toute vraisemblance, il l'occupera encore très longtemps.

Bien à vous,

Bernard

 

filet

 

_

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////

Marcel Lebrun cite un article de FormerPlusHaut! sur Twitter

Merci à Marcel Lebrun de citer FormerPlusHaut! sur Twitter

Avec nos remerciements émus et sincères à ce grand monsieur, que nous admirons beaucoup pour sa compétence et sa simplicité... comme c'est le cas de tant de "vrais grands".

Marcel Lebrun

Marcel Lebrun

///////

Les « démago-pédagogues »

stagirite 500x500

"Vous n'avez pas obtenu ce que vous voulez ? Qu'importe, je vais vous aider à aimer ce que vous avez !".

Les pédagogues "normaux"

Bonjour. Permettez-moi de préciser d'emblée que je fais partie des gens qui ont bâti tout un pan de leur vie sur la passion de transmettre, qu'on a l'habitude d'appeler pédagogie, en face-à-face ou à distance. Dans un ouvrage récemment paru (…tout avait commencé par ce blog, en fait), je me suis même amusé à proposer une définition "impertinente" de ce terme :

Art de se gratter la tête en se demandant comment on va s’y prendre pour tenter de faire passer telle ou telle chose dans celle des participants […à nos sessions de formation], ou encore quelle bourde on a bien pu commettre pour qu’elle n’y soit apparemment pas passée*.

 

*"Construire et animer une session de formation (Transfert de compétences : les clés du succès)" – p. 6

Sans ergoter à l'infini, il semble communément admis qu'être un bon pédagogue, c'est arriver à bien "faire passer" une idée. Une idée, dites-vous ? Et quel genre d'idée ? Peut-on être plus précis ?

Eh bien, dans le monde de l'éducation et de la formation, il y en a plusieurs types, plutôt bien répertoriés, à savoir :

  • Des savoirs, justement (connaissances livresques, ou sur de procédures)…
  • …Des savoir-faire (tours de main, aptitudes pratiques)…
  • …Des savoir-être (comportements)…
  • …Des savoir-devenir (capacité à se projeter dans l’avenir).

Bien entendu, la liste pourrait être agrémentée à loisir, mais en gros, si l'on s'en tient là,  nous avons déjà bien déblayé le terrain...

Quand on commence à manipuler son monde…

avatar Shawn, mouton de Wallace & Gromit 100x100Or, il y a depuis quelques années certaines circonstances dans lesquelles chacun d'entre nous peut lire ou entendre couramment le mot "pédagogie", et même la si savoureuse expression "faire de la pédagogie" dans la bouche ou sous la plume de divers managers, décideurs, éditorialistes et autres personnages politiques.

Ce qui m'a toujours titillé l'entendement, c'est quand ces personnes-là emploient le terme "pédagogie" en l'incluant dans des expressions toutes faites, ayant fait une brusque apparition dans la novlang, telles que "faire de la pédagogie", précisément.

Tous ces braves gens adorent se gargariser avec cette expression, notamment dans des circonstances bien particulières, les amenant à passer avec talent de la pommade dans le dos de personnes qu'on a mises devant un fait accompli, sur un mode "Vous n'avez pas obtenu ce que vous voulez ? Qu'importe, je vais vous aider à aimer ce que vous avez!".

Ainsi, lorsque ces philanthropes d'un genre nouveau donnent dans la pédagogie, c'est notamment dans ces moments où, la bouche en cœur, ils entendent, comment dire, expliquer – le plus souvent après coup – une décision, une mesure ou encore une réforme à ceux qui auraient… disons en termes polis "quelque réticence à l'accepter". En clair il s'agit là de démagogie, ni plus ni moins, appelons un chat un chat.

Pour mémoire, la démagogie désigne " […] l'état politique dans lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s'attirer ses faveurs". Plus largement, dans cette définition (source : Wikipedia), on peut (du moins à mes yeux) remplacer "dirigeant" par n'importe quelle personne ayant du pouvoir, et "peuple", par l'ensemble des personnes assujetties à ce pouvoir. En tout cas, le mot clé est lâché : "Manipuler" (je traiterai de la manipulation très bientôt, dans un prochain article)

Super héros arrivant opportunément

Tsa Tsa Tsaaaan, tremblez démago-pédagogues, voici "Le Stagirite" !

Ce phénomène a été extrêmement bien résumé, et abondamment illustré par un personnage de talent, que je viens de découvrir sur la toile. Se définissant lui-même comme acteur et réalisateur, il signe la plupart de ses interventions "Le Stagirite". Il publie notamment un série de capsules vidéos sur Youtube, dans une collection qu'il a intitulée "Langue de bois". De vraies pépites, à mes yeux. Les techniques de manipulation les plus complexes, les plus courantes, bref, celles qui nous roulent quotidiennement dans la farine avec l'air de ne pas y toucher y sont diablement bien explicitées et décortiquées avec une précision chirurgicale, et un ton des plus jubilatoires. On voit d'emblée que le personnage se situe aux antipodes du "donneur de leçons", et pourtant je témoigne en être ressorti grandi. Et voici ce que n'en ai retenu en substance :

Neutraliser toute opposition

"Je suis persuadé que ma décision est la bonne, la seule qu'il fallait prendre, et donc s'y opposer est forcément absurde et irrationnel"

On voit que par un habile artifice de langage, les opposants éventuels sont d'emblée renfermés dans un statut… disons en gros de "non-comprenants". Pour résumer, s'opposer, à leurs yeux, revient à ne pas comprendre.  Avec  un tranquille aplomb à l'épreuve des balles, ils semblent s'adresser à ces non-comprenants sur un mode "Regardez un peu comme nous sommes gentils, bienveillants et pas bégueules pour deux sous, puisque nous allons, tout spécialement pour vous, nous attacher à quoi? …Eh bien oui, vous avez deviné : à faire de la pédagogie !". Fermez le ban.

Chapeau bas, messieurs ! Faire ainsi passer une manipulation grossière pour de la relation d'aide, avouez que c'est fort, non ?

Un déni de démocratie ?

L'art de bien manager consiste d'une part à admettre qu'il existe d'autres opinions que la sienne propre, et suppose d'autre part une aptitude à trancher, à savoir prendre des décisions, ce que certains résument par la phrase "Agir en homme de pensée, penser en homme d'action". Mais d'autres n'hésitent pas à aller plus loin, en considérant que l'exercice du pouvoir consisterait tout simplement à faire accepter les évidences, en disqualifiant d'emblée toute contradiction.

Voici en gros leur credo : Je suis un bon manager/décideur/politicien/personnage influent… je possède non seulement la science infuse, le talent inné de bien faire... mais aussi l'art consommé de faire accepter cela aux autres, qui ne peuvent qu'acquiescer… sauf s'ils n'ont "pas compris". Et paf : retour à la case, comment appellent-ils ça, déjà ? Ah oui : "faire de la pédagogie" (hum !...).

Conclusion

Curieusement, quand je rencontre une personne qui dit "passer le plus clair de son temps faire de la pédagogie", j'ai la bizarre impression qu'il s'agit là en fait de quelqu'un qui prend les autres pour des imbéciles, allez savoir pourquoi...

Comprenons-nous bien : il n'y a rien de corporatiste dans ma prise de position. Loin de moi l'idée d'interdire aux "non pédagogues" de "faire de la pédagogie", ou de défendre je ne sais quel pré carré (quelle horreur !). Mais que voulez-vous, autant je suis bon public quand ces enthousiastes émules de Ken Robinson "font dans la pédagogie" pour nous expliquer ce qu'ils vont faire, et pourquoi ils vont le faire, autant je ne peux pas m'empêcher de tousser lorsqu'ils entendent, par ce biais, nous expliquer ce qu'ils ont fait, et pourquoi ils l'ont fait. Dans ces moments-là, allez savoir pourquoi, je leur imagine immanquablement un nez qui s'allonge démesurément.

Sans doute ai-je trop mauvais esprit ;-)

Sur ce, je vous laisse aux mains du Stagirite en question. Allez-y, vous n'en reviendrez pas…

 

Retrouvez cet étonnant personnage sur les réseaux sociaux :

Youtube

Facebook

Google+

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

 

 

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////