La formation en face-à-face et à distance

Promotion, personal branding : Thunderclap , l’arme fatale

…ou « Quand le crowdfunding se transforme en crowdspeaking »

empilement_de_chaises

L’idée part d’un constat tout simple : Les réseaux sociaux prennent souvent l’aspect d’une sorte de basse-cour remplie de millions de caquètements poussés dans un joyeux tintamarre parfois sympa, mais pour tout dire le plus souvent cacophonique. A l’usage, tous ces millions de petits bruissements, il faut bien le dire, sont (pour beaucoup d’entre eux) autant de coups d’épée dans l’eau, et beaucoup d’énergie pour rien , ou si peu…

Ainsi, donner réellement du poids à  un post sur Facebook, sur Google+, ou à un tweet se révèle le  plus souvent mission impossible pour Monsieur ou Madame Tout le Monde.

Le constat est en effet implacable : pour qui espère avoir la moindre chance de faire… sinon porter, du moins entendre sa petite voix au milieu de tout ce tumulte, mieux vaut avoir les moyens de faire appel à ces nouveaux prêtres des temps modernes que sont les community managers.

Oui, mais ça c’était avant… Avant Thunderclap !

Chez Thunderclap, ils ont très bien compris qu’avec la webosphère nous barbotons tous de concert dans un système où la viralité est optimisée au maximum et où seuls les pages et profils les plus suivis sont assurés de bénéficier d’un relais suffisamment significatif de leurs messages, likes, shares, re-tweets, etc.

C’est précisément dans ce sens que sont conçus les puissants algorithmes de ces mastodontes que sont Facebook, Google, Twitter et consorts pour faire « remonter » mécaniquement tout ce qui a l’air de faire le buzz, créant ainsi de manière automatique et programmée un phénomène d’amplification artificielle, de caisse de résonance, si on veut…

Quand nous contribuons involontairement aux  recettes publicitaires es mastodontes…

Pour quelle raison ? Élémentaire mon cher Watson, cela augmente mécaniquement les recettes publicitaires, quand le mastodonte décide d’agréger certaines publicités à certains résultats de requêtes, par exemple. Or, les divers  messages que nous tapotons les uns et les autres avec nos petites mains potelées étant fatalement étalés dans le temps, si peu que ce soit, même en cas d’engouement contagieux pour une idée, leurs impacts en sont forcément réduits…

Le coup de génie des créateurs de Thunderclap (…du studio New Yorkais De-De, pour « Design-Develop ») vient de ce que leur plateforme utilise un modèle «tout-ou-rien» similaire à des sites de crowdfunding tels que Kickstarter. En clair cela signifie que si la campagne n’a pas atteint son nombre désiré de supporters dans le laps de temps donné, l’organisateur ne reçoit aucun des « dons » (…la nature de ces « dons » particuliers est expliquée plus loin). Rien, nib, nada, le flop intégral. Un peu comme dans l’histoire de cendrillon, quand le carrosse se transforme en citrouille. C’est la règle du jeu !

Vous voulez du suspense ? Des rebondissements ? Des sueurs froides ? …Ne vous tracassez pas, Thunderclap va s’en occuper, bien au-delà de vos espérances

Il découle du diabolique scénario de ces design thinkers (suivez mon regard…) un suspense toujours assuré, et des campagnes forcément à rebondissements (du style « Il faut absolument que je me démène pour trouver 10 supporters de plus à la cause que je soutiens, sinon dans 2 jours tout s’arrêtera…).

Il ne faut en effet jamais perdre de vue le fait qu’une fois la campagne arrivée à échéance (compter 1 à 2 mois), c’est un véritable tonnerre d’applaudissements qui déferle de manière synchrone sur les réseaux sociaux des 100, 250 ou 500 « supportes » visés, plus toutes les personnes qui auront été impactées (contacts cumulés de tous les supporters)…

Le principe :

Participer à une campagne Thunderclap revient à inviter l’ensemble de vos « friends » et autres « followers » à soutenir votre cause en vous autorisant à poster votre message via leurs comptes respectifs, le but étant de créer créer une vague de posts beaucoup plus visible qu’une cascade de re-partages ou re-tweets. Ainsi la portée de votre message est décuplée par le nombre de personnes atteintes dans un même temps.

A titre d’exemple, la campagne « The March for Innovation », lancée en mais 2013 aux états Unis, qui a permis d’atteindre un impact social de…  46 millions de personnes ! De belles surprises à la clé, donc…

…à moins que l’objectif visé ne sois pas atteint, auquel cas ce n’est qu’un pétard mouillé fera juste un petit plof tristounet en n’impactant même pas le bout de mare qui se trouve près de la citrouille de Cendrillon.

Ici on se constitue des trésors de guerre et des bombes à retardement sans argent, uniquement avec des « pouces en l’air » !

Car ici, les « dons » ne sont pas constitués de sommes d’argent destinées à s’agréger pour arriver à atteindre la somme nécessaire pour que Marcel, agriculteur retraité, puisse nourrir convenablement les deux chevaux cacochymes et attachants qu’il espère sauver de l’abattoir après une vie de dur labeur méritant…

Non. Avec Thunderclap, pas d’argent en lice. Ici, vous ne donnez que… votre soutien pour une cause ou un projet que vous entendez contribuer à encourager. Un peu comme une signature sur une pétition, si on veut…

Rassurez-vous : là, j’imagine déjà les mines défaites de quelques-uns d’entre vous., sur le mode « Ah, c’est tout ?… Bon, il faut qu’on y aille, là… ». Attendez, ne partez pas ! Sachez que je suis totalement en phase ! Rien n’est plus sujet à caution que la question de savoir quel impact réel a notre signature au bas d’une pétition, fût-elle en ligne… Quelle raison ai-je en effet de penser que ma B.A. du jour aura réellement mis plus de chances du côté des deux chevaux du père Marcel, au-delà du sentiment de bonne conscience que cela m’aura procuré ?

D’une pierre deux coups

Imaginez le sentiment de celui ou celle qui peut se dire avec certitude « Ce en quoi je crois, mes valeurs en somme, tout cela est enfin défendu et encouragé avec efficacité! ».

Il sait que non seulement il a pu faire entendre sa propre voix, mais que cette voix sera effectivement utile à quelque-chose, parce que mécaniquement prise en compte. Avec en prime le sentiment si enivrant et si répandu selon lequel « Ensemble, on fait beaucoup plus de bruit ». Comme… je sais pas moi, comme… un coup de tonnerre !

Rappelez-moi : Comment dit-on « Coup de tonnerre », en anglais, déjà ?

 

PS : Si vous voulez vivre une campagne Thunderclap en grandeur nature dans la peau d’un supporter, pourquoi ne pas rejoindre la campagne démarrée le 12 juin dernier par l’auteur de ces lignes ?  Si le coeur vous en dit, rendez-vous sur Le rêve de Bernard

Le rêve de Bernard

 

Sources : http://histoiresdeweb.fr/thunderclap/
http://blog.zone-franche.fr/2013/07/08/thunderclap-coup-de-tonnerre-dans-la-twitto-facebookosphere/
http://en.wikipedia.org/wiki/Thunderclap_(website)

 [Dans un prochain article, je vous expliquerai comment participer efficacement à une campagne Thunderclap dans se faire nécessairement kidnapper tous nos contacts, et également comment monter – en 3 mn chrono – sa propre campagne Thunderclap.]

 

 

2 commentaires
Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :