UA-39107061-1
Tél. : 06 14 24 89 00

contes philosophiques

contes philosophiques  (10 articles)

Contes, légendes et autres histoires de tradition orale ayant une portée philosophique, ou plus simplement permettant de réfléchir à certaines questions existentielles… ou très concrètes !



///////

Main droite et main gauche font-elles partie du même corps ?

"The Angel of Grief". Magnifique sculpture, et triste illustration d'une histoire de mains... droite et gauche.

La statue "The Angel of Grief" (l'Ange de la douleur) a été taillée dans le marbre, à Carrare, par le sculpteur William Wetmore Story.  Elle fut ensuite expédiée à la Nouvelle-Orléans en Louisiane (cimetière de la Métaierie).

Une bien surprenante histoire... lisez plutôt :

Ma main droite a écrit beaucoup de poèmes. En revanche, ma main gauche n' en a écrit aucun.

Mais ma main droite ne s'écrie pas pour autant "Toi la main gauche, tu n'es bonne à rien". Ma main droite n'a aucun complexe de supériorité, c'est pourquoi elle est très heureuse comme ça. Et ma main gauche, quant à elle, n'a aucun complexe d'infériorité. Ainsi, entre mes deux mains, il y a une sorte de sagesse, qu'on pourrait appeler sagesse de non-discrimination.

Lire plus

///////

Conte philosophique : le jardinier chinois (et sa binette)

Paysan chinois avec sa binette. Illustration pur un conte philosophique.

Illustration Florence Bondi

Un joli conte sur le thème "ce qui m'a servi... m'asservit"

Voici un conte philosophique bien riche d'enseignements...

Un jardinier vivait en Chine il y a très très longtemps. Il avait un des plus beaux jardins qui se puissent imaginer. Avec une foultitude de fleurs odorantes, multicolores. Et un ensemble d’arbres de toutes tailles, de toutes essences, au milieu desquels coulait une ravissante rivière. Les gens venaient parfois de très loin pour admirer l’œuvre de ce jardinier, lequel en tirait une légitime fierté. Lire plus

///////

La jarre fendue (conte philosophique)

Cliquez sur l'image pour entendre une lecture de ce conte (1 mn 51 s)

 

Un pauvre homme, tous les matins, allait remplir à la rivière deux grosses jarres qu'il portait aux deux bouts d'un bâton de fer posé au travers de sa nuque.

Celle de droite était parfaite, joufflue, luisante, fière d'elle. Celle de gauche était fêlée. Elle perdait son eau en chemin, et donc elle s'estimait mauvaise.

Elle en souffrait. Elle avait honte, tellement honte qu'un beau jour elle osa dire, tout en pleurs :

"Pardonne-moi, pauvre porteur !

– Te pardonner ? répondit l'homme. Pourquoi donc ? Qu'as-tu fais de mal ?

– Allons, tu sais bien, chaque jour tu nous emplis d'eau à ras bord, tu t'échines, tu t'exténues à nous porter à la maison et, quand enfin nous arrivons, ma compagne a fait son devoir, elle a la conscience tranquille. Moi, non. Je sens qu'elle me méprise. J'aimerais être comme elle est, mais vois, je suis vide à moitié, et tu dois m'en vouloir beaucoup.

– Oh non, au contraire, dit l'homme. Regarde le bord du chemin, de ton côté. Qu'est ce que tu vois ?

– Des fleurs partout. Elles sont superbes.

– L'eau que tu perds, jarre fendue, les arrose tous les matins. Tous les matins elles te bénissent, et moi je te bénis aussi, car chaque jour je peux offrir un beau bouquet à mon épouse. Tu fais la joie de ma maison. Regarde de l'autre côté. Ta compagne, certes, est parfaite, mais que vois-tu ?

– Cailloux, poussière.

– Chacun fait selon sa nature. Ne change rien, ma bonne amie. Et ne regrette pas tes failles.

Vois comme elles nourrissent la vie."

jarre qui coule 80x80

 

Gougaud_Le_livre_des_cheminsSource : Henri GOUGAUD : Le livre des chemins, contes de bon conseil pour questions secrètes, Albin Michel, 2009, 471 p. Existe aussi en livre audio (lu par l'auteur).

Combien de siècles, de pestes, de révolutions,
de montagnes et de mers ont-ils traversé
avant de nous parvenir ? Les contes sont
dans l'âme humaine comme dans leur maison.
Ils ont vécu assez longtemps dans l'intimité
des êtres pour tout savoir de nos soucis,
de nos rêves, de nos désirs.

 

 

///////

Histoire de l’aigle qui se prenait pour un poulet

Cette histoire est dédiée à tous mes nouveaux amis aigles, cygnes et autres zèbres...

petit aigle chanteur

Il était une fois un jeune garçon qui découvrit un œuf dans un nid d’aigle. Il s’en empara, redescendit au village et mit l’œuf à couver dans le poulailler de la ferme de ses parents.

Quand l’œuf vint à éclore, un aiglon en sortit et grandit parmi les poussins, picorant sa nourriture comme ses compagnons.

Un jour, regardant vers le bleu du ciel, il vit un aigle qui planait au-dessus de la ferme. Il sentit ses ailes frémir et dit à l’un de ses frères poulets : « Comme j’aimerais en faire autant !... ».

 

« Ne sois pas idiot, seul un aigle peut voler aussi haut ! », lui fut-il répondu...

Honteux de son désir, le petit aigle retourna gratter la poussière et picorer son grain, le bec au sol. L'histoire ne dit pas s'il remit un jour en cause la place qu’il croyait avoir reçue sur terre.

 

filet horizontal sympa - barres de couleur

(Source inconnue. Histoire citée par Renée RIVEST dans « Êtes-vous Tintin, Milou, Haddock... », Septembre Éditeur – 2004).

Treize années plus tard, je reprends cet article après avoir lu une histoire comparable, à base de cygnes et de canards, dans un livre qui m'a submergé d'émotion, de reconnaissance, et de "Bon sang mais c'est bien sûr!". En matière de métaphore animale, le livre parle surtout de... zèbres ! Il s'agit d'un best-seller écrit par Christel Petitcollin dont le titre est "Je pense trop". Bien entendu je vous en conseille très chaleureusement la lecture...

Il y a paraît-il une suite, qui s'appelle "Je pense mieux", ce qui tombe très bien, vu que "je pense bien" l'acquérir très bientôt, et revenir vous en parler ici 🙂

 

///////

Les grenouilles tombées dans la jatte de crème (éloge de la persévérance)

grenouille

Un jour, deux grenouilles tombèrent dans une jatte de crème. Aussitôt, elles s’aperçurent qu’elles s’enfonçaient : impossible de nager ou de flotter longtemps dans cette pâte molle aussi épaisse que des sables mouvants. Au début, les deux grenouilles agitèrent violemment leurs pattes dans la crème pour atteindre le bord de la jatte. En vain : elles ne parvenaient qu’à barboter au même endroit en s’enlisant. Elles avaient de plus en plus de mal à remonter à la surface et à reprendre leur souffle.

L’une d’elles dit tout haut : « Je n’en peux plus. On ne peut pas sortir de là. Impossible de nager dans cette substance. Je vais mourir, je ne vois pas pourquoi je prolongerais cette souffrance. Où est l’intérêt de mourir épuisée par un effort stérile ? »

Ayant dit cela, elle cessa de s’agiter et s’enfonça rapidement, littéralement engloutie par l’épais liquide blanc.

L’autre grenouille, plus persévérante ou peut-être plus obstinée, se dit : « Rien à faire ! Pas moyen d’avancer dans cette matière. Pourtant, bien que la mort soit proche, je lutterai jusqu’à mon dernier souffle. Je refuse de mourir une seconde avant que mon heure ait sonné. »

Elle continua à s’agiter et à barboter au même endroit, sans avancer d’un pouce, pendant des heures et des heures.

Et soudain, à force de trépigner et de battre des cuisses, de s’agiter et de patauger, il arriva que la crème se transforma en beurre.

Surprise, la grenouille fit un bond et, en patinant à la surface, arriva au bord de la jatte.

De là, elle rentra chez elle en coassant joyeusement.

Extrait de l’ouvrage "Laisse-moi te raconter les chemins de la vie", de Jorge Bucay, traduit de l’espagnol (Argentine) par Nelly Lhermillier, éditions Pocket  déc. 2010.

///////

Quelle est votre véritable valeur ? (« […] tu es comme cette bague »)

Cliquez sur l’image ci-dessus pour entendre la lecture (4 mn 10 s)

Filet séparateur rigolo bleu 300x72

Un jour, un jeune disciple zen alla trouver son maître.

"Je viens vous voir maître, parce que j'ai l'impression d'avoir si peu d'importance que cela m'ôte toute envie de faire quoi que ce soit. Tout le monde me dit que je suis un bon à rien, que je suis maladroit et stupide. Comment puis-je m'améliorer? Comment m'y prendre pour être mieux considéré ?"

Le maître, sans le regarder lui dit : "Je suis vraiment désolé mon garçon. Je ne peux t'aider, car je dois d'abord résoudre un problème personnel. Peut-être plus tard…"

Après une pause, il ajouta :

"Si tu voulais m'aider, toi, je résoudrais ce problème plus vite, et, ensuite, peut-être pourrais-je te venir en aide...

– Euh... j'en serai ravi, maître, bredouilla le jeune homme en ayant de nouveau le sentiment qu'on ne lui accordait que peu d'importance et qu'on remettait ses propres besoins à plus tard.

– Bien, poursuivit le maître. Il retira une bague qu'il portait au petit doigt de la main gauche et, la donnant au jeune homme, il ajouta :

– "Prends le cheval qui est dehors et va jusqu'au marché. Je dois vendre cette bague pour rembourser une dette. Il te faut en obtenir la plus grosse somme possible et, de toute façon, pas moins d'une pièce d'or. Va-t'en et reviens avec cette pièce aussi vite que tu pourras."

Le garçon prit la bague, et s'en fut. Aussitôt arrivé sur le marché, il se mit en devoir de la proposer aux marchands ; ceux-ci la regardaient avec intérêt, jusqu'à ce qu'il annonce le prix qu'il en demandait.

Dès qu'il mentionnait la pièce d'or, certains ricanaient, d'autres détournaient la tête… seul un vieillard fut assez aimable pour prendre la peine de lui expliquer qu'une pièce d'or était à ses yeux bien trop précieuse pour l'échanger contre cette bague. Désirant lui venir en aide, quelqu'un alla jusqu'à lui en offrir une pièce d'argent, et ajouta même un récipient en cuivre, mais le garçon avait des ordres stricts : ne pouvant accepter moins d'une pièce d'or, il rejeta l'offre.

Abattu par son échec, après avoir vainement proposé le bijou à toutes les personnes qu'il avait croisées sur le marché – au moins une centaine – il se résolut à enfourcher le cheval et prit le chemin du retour.

Ses pensées étaient amères. Comme il aurait aimé avoir une pièce d'or à donner au maître pour le soulager de ses soucis et recevoir son conseil ainsi que son aide !

Il revint donc chez celui-ci.

"Maître, dit-il, je regrette. Il est impossible d'obtenir ce que tu demandes. Peut-être aurai-je pu échanger la bague contre deux ou trois pièces d'argent, mais je ne voudrais tromper personne sur la valeur véritable.

– Tu viens de dire une chose très importante, mon jeune ami, répondit le maître en souriant. Il nous faut d'abord connaître la véritable valeur de cette bague. Reprends le cheval et rends-toi chez le bijoutier. Qui mieux que lui peut l'estimer, en effet ? Dis-lui que tu voudrais la vendre et demande lui combien il t'en donnerait. Mais surtout, quoi qu'il te propose, ne la lui vends pas. Reviens plutôt ici avec ma bague pour me dire ce qu'il en est."

Le jeune homme entreprit donc une nouvelle chevauchée pour se rendre chez ce bijoutier.

Celui-ci examina attentivement la bague à la lumière d'une lampe à huile, puis il la regarda avec sa loupe, la soupesa et finit par dire :

campagne et maison"Mon garçon, dis au maître que, s'il veut vendre sa bague tout de suite, je ne peux lui en donner plus de cinquante-huit pièces d'or.

– Cinquante-huit pièces d'or ! s'exclama le jeune homme.

– Oui, répliqua le bijoutier. Je sais qu'avec du temps, on pourrait sans doute en obtenir plus de soixante-dix, mais si la vente est pressée..."

Tout ému, le garçon courut chez le maître pour lui raconter l'histoire.

"Assieds-toi, lui dit celui-ci après l'avoir écouté. Cette bague est un bijou précieux, unique. En tant que tel, seul peut l'estimer un véritable expert. Pourquoi exiger du premier venu qu'il découvre sa vraie valeur ?

Toi-même, tu es comme cette bague".

Après avoir prononcé ces paroles, il remit la bague au petit doigt de sa main gauche, et retourna tranquillement à ses affaires.

 

Cette histoire m'a été racontée il y a quelque temps déjà par mon amie Geneviève Gabriel.

En repensant à son sourire magnifique, bienveillant, un tantinet espiègle, je ne peux m'empêcher, à la lumière de certains événements, de penser au côté, disons "prémonitoire" qu'elle revêtait…

Aujourd'hui, étrangement motivé par je ne sais quelle impulsion (suite à un commentaire d'Annette sur mon post précédent), j'ai procédé à quelques recherches sur le net dans l'espoir de retrouver cette histoire, et j'ai fini par en retrouver la trace.

Elle y est présentée comme un Extrait de l'ouvrage "Laisse-moi te raconter les chemins de la vie", de Jorge Bucay, traduit de l'espagnol (Argentine) par Nelly Lhermillier, éditions Pocket  déc. 2010.

Après être allé y voir de plus près sur Amazon, j'ai immédiatement décidé d'acheter ce livre.

Mes meilleures pensées vont aussi à Stéphane Pietra, pour cette phrase, prononcée jadis :

"La valeur d'une personne doit pouvoir être appréciée…

- Dans  le bon contexte…
- Par des personnes capables de la mesurer".

 Ce post est dédié à Laurène Castor, ainsi qu'à une amie de Carole P...

///////

Un conte ultra court (question de proportions)

gouttes-de-pluie-joselito

Gouttes de pluie... © Joselito Tirados

Arif, un ami de Nasr Eddin Hodja aimait beaucoup inviter ses amis à boire le thé et leur soumettre des devinettes compliquées pour les voir se torturer l'esprit et rire à leurs dépens.

Ce jour là, Nasr Eddin Hodja prenait le thé chez lui avec d'autres amis. Leur hôte se leva et s'approcha de la cheminée, s'empara d'une braise et la jeta dans un seau d'eau. "Pschhhhh" entendit-on. "Mes amis ! S'exclama Arif, dites-moi. Qu'est ce qui a produit ce son ? Est-ce l'eau, ou bien la braise?"

"Les deux !" Répondirent tous les amis. "Vraiment ? Les deux ? …Et dans quelles proportions ?" insista Arif, en prenant un air goguenard.

A ces mots, voyant qu'Arif se moquait d'eux, Nasr Eddin Hodja se leva et s'approcha de son hôte. Levant la main, il asséna une grande claque au trublion. "Et ce bruit, mon ami, qu'est-ce qui l'a produit ? Est-ce ma main ? Ou bien ta joue ? ...Et dans quelles proportions ?!"

crayons de couleur

Nasr Eddin Hodja est un ouléma mythique de la culture musulmane, personnage ingénu et faux-naïf prodiguant des enseignements tantôt absurdes tantôt ingénieux, qui aurait vécu en Turquie de 1208 à 1284, né à Sivrihisar et mort à Aksehir. Sa renommée va des Balkans à la Mongolie et ses aventures sont célébrées dans des dizaines de langues, du serbo-croate au persan en passant par le turc, l'arabe, le grec, le russe et d'autres (Source : Wikipédia). Avec mes remerciements les plus chaleureux à Anne Deval, comédienne et conteuse.

  Un petit mot rapide avant de terminer : sachez que je nage dans le bonheur depuis que mon livre est paru, tout récemment..
J'aimerais tellement vous en envoyer un tout petit peu en retour (...du bonheur) tellement il a l'air d'être si bien accueilli (...le livre 🙂 ).
Le plus fou c'est que tout à commencé sur ce blog ! La preuve se trouve dans cet article d'Hélène Weber... Un jour, je vous le promets, je vous raconterai l'histoire de  ce livre, de la conception à la fabrication (...sans parler de la promo, et je vous assure que ce n'est pas de la tarte ! 🙂 ).
En espérant que cela suscitera d'autres vocations. Parce qu'encore une fois, les rêves sont faits pour être réalisés, et je suis prêt à le crier bien haut sur tous les toits s'il le faut...

Bien à vous,

Bernard

 

Construire et animer une session de formation


Bernard Lamailloux est l’auteur d’un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////

Devinette : Quelle est la différence entre « concerné » et « impliqué » ?

Voiture Cochonou - distribution d'échantillons

Il m'est arrivé tout récemment d'entendre une de mes amies me dire "Oh là là, que ça m'embête ce qui vient de se produire dans ce projet dans lequel je suis si impliquée, pour y avoir participé activement ! Cela me chagrine, que dis-je, me mine littéralement que les choses aillent ce train-là !"

D'une manière générale, il est courant d'entendre parler d'implication quand on évoque les rapports au travail.

Cela m'a rappelé une devinette : Quelle est la différence entre "concerné" et "impliqué" ?

La réponse est très simple : Quand on fait une omelette aux lardons, cela suppose qu'il y a eu une poule pour pondre les œufs et un cochon pour qu'on puisse faire du lard.

Eh bien à l'arrivée, une fois l'omelette achevée les modalités de "participation" de ces deux animaux, et partant, leurs sorts respectifs, sont bien distincts :

La poule est concernée par le projet… en ceci que ses œufs ont contribué activement à son succès, y prenant même une très large part.

Le cochon, quant à lui, s'est retrouvé complètement impliqué.

 

Quel sort préférez-vous ?

 

 

 

///////

Le syndrome de la grenouille

grenouille rigolote

Prenez une grenouille vivante. Jetez-la dans une casserole d'eau bouillante. Elle réagira tout de suite, se débattra et en ressortira immédiatement.

Prenez la même grenouille vivante, et jetez-la dans une casserole pleine d'eau tiède. Faites chauffer tout doucement. Que croyez-vous qu'il adviendra ? Elle va cuire à petit feu et quand elle comprendra son sort, elle sera incapable de réagir, de sauter par-dessus la casserole. Lire plus

///////

La légende des deux oasis

oasis ou mirage ?

Un bédouin voit la générosité où vous percevez la stérilité et trouve la poésie dans tout : c'est plus qu'un nom, c'est un mode de vie.
Nouveau : Bernard raconte cette légende ci-dessous dans un clip vidéo

 

Quelque part dans le Sahara il y avait deux oasis distantes de quelques kilomètres. La première abritait une tribu qu’on appelait les bédouins souriants. Les bédouins souriants semblaient toujours contents de leur sort, avaient constamment le sourire aux lèvres (d’où leur nom) et faisaient la fête tous les soirs. Et quand ils n’avaient aucune raison de faire la fête, eh bien… ils en inventaient une !

Dans l’oasis voisine vivait une tribu bien différente. On appelait ses membres les bédouins mélancoliques. Les bédouins mélancoliques étaient tristes du matin au soir, puis ils se couchaient et faisaient des rêves tristes. Le jour, ils travaillaient dur, mais ne se sentaient pas récompensés de leurs efforts. Du coup ils ne faisaient jamais la fête, puisqu’ils n’avaient pas grand-chose à fêter. Au lieu de cela, ils faisaient le plus souvent… la tête. Et quand ils n’avaient aucune raison de faire la tête, eh bien… ils en inventaient une !

Cette différence de tempérament avait tout de même une explication bien concrète : l’eau. En effet, les bédouins souriants disposaient d’une source abondante leur fournissant à tout moment une eau fraîche, limpide et extraordinairement désaltérante. Au milieu de leur oasis, devant leur Place des Fêtes, ils avaient installé un ingénieux système comportant un tuyau se terminant par un robinet leur permettant de disposer de leur eau à volonté, tout en ayant la possibilité de l’arrêter quand ils n’en avaient pas besoin…

Les bédouins mélancoliques, quant à eux, ne disposaient d’aucune source dans leur oasis, ni même dans les environs, se trouvant ainsi contraints de parcourir de très longues distances sous le redoutable soleil du désert pour trouver matière à s’abreuver, faire boire leurs bêtes faméliques et arroser leurs maigres cultures. Ils étaient très malheureux de cet état de choses, mais s’y étaient résignés depuis longtemps.

Or, il se trouva que parmi les bédouins mélancoliques, un jeune homme répondant au nom de Baddûr décida un jour qu’il était grand temps de faire quelque-chose pour changer tout ça. Il avertit le chef du village qu’il allait se mettre en quête d’une solution pour se procurer de l’eau aussi facilement que le faisaient leurs voisins les bédouins souriants.

Le chef du village lui répondit qu’à son avis c’était peine perdue, mais que si Baddûr avait envie de se défouler, il n’y avait aucun mal à cela, du moment que cela ne se faisait pas aux dépens des autres. Souvent jeunesse est impétueuse, et il faut savoir lâcher un peu la bride…

Baddûr fut très heureux de recueillir l’assentiment du chef, et commença à réfléchir à un plan d’exploration. En fait, cela faisait longtemps qu’il y avait réfléchi : il avait tout simplement l’intention d’aller espionner le soir-même la tribu des bédouins souriants afin de tenter de percer leur secret.

Ainsi, à la nuit tombée, il partit se cacher parmi les roseaux bordant l’oasis voisine, afin de mieux observer les comportements de ces maudits bédouins souriants…

Ce qu’il vit alors le mit dans une rage folle : Un grand nombre de ces bédouins s’étaient regroupés près de leur source, et bavardaient tranquillement entre eux en attendant leur tour d’aller s’abreuver, tels de placides bureaucrates faisant tranquillement la queue dans la file d’attente de leur restaurant d’entreprise à l’heure du déjeuner. Certains avaient pris avec eux des récipients de formes et de contenances diverses, afin de pouvoir aller approvisionner leur famille tout de suite après. Près du robinet, un officiant était à la manœuvre, se contentant d’ouvrir et de fermer cet objet magique qui avait l’incroyable faculté de faire couler de l’eau à volonté.

– C’est trop injuste, maugréa Baddûr entre ses dents pour ne pas se faire entendre depuis sa cachette… Dire que tous ces gens bénéficient d’une quantité d’eau illimitée, et ceci sans fournir le moindre effort !...

Il resta ainsi tapi dans les roseaux jusqu’à ce que tout ce petit monde soit retourné se coucher (ce qui représentait un temps très long à cause de la fête…), puis il se faufila sans bruit jusqu’au robinet. Utilisant un coutelas qu’il avait pris soin d’emporter avec lui, il entreprit de trancher le tuyau d’eau juste en-dessous du robinet, puis, une fois son forfait accompli, repartit en toute hâte avec son robinet sous le bras. Dans sa précipitation, il ne s’était pas inquiété du fait que le tuyau sectionné s’était mis à couler… peu lui importait, il s’était emparé de l’objet magique, et entendait bien en faire profiter toute sa tribu au plus tôt.

C’est ainsi que de retour dans son oasis, il courut devant toutes les tentes, en criant que ça y était, et que tout le monde allait désormais pouvoir boire jusqu’à plus soif. Les gens n’avaient qu’à se munir du récipient de leur choix, puis venir le rejoindre au-milieu de la Place des Têtes…

Les bédouins mélancoliques n’étaient pas très contents d’être ainsi réveillés en pleine nuit, mais enfin, puisque Baddûr leur disait qu’il avait réussi, ils finirent tout de même par s’exécuter, juste au cas où…

Pendant ce temps, Baddûr, tout excité, s’était installé au beau milieu de la place, muni de son robinet, qu’il refusait obstinément de faire fonctionner tant que tous les habitants de l’oasis ne seraient pas rassemblés devant lui. On alla donc secouer les derniers paresseux et autres sceptiques, et lorsque la tribu se retrouva au complet, tous retinrent leur souffle…

Il est facile de deviner qu’au moment où Baddûr se mit en devoir de faire fonctionner son robinet miraculeux, seules quelques gouttes jaillirent, puis le phénomène cessa aussitôt, et plus aucune goutte n’accepta de tomber de ce soi-disant objet magique. Tout le monde retourna donc se coucher en maugréant, non sans avoir décoché au passage un regard lourd de reproches à l’intention de l’intrépide mais bien inconséquent Baddûr.

Celui-ci se fit tout petit face à l’hostilité ambiante, puis une fois seul, sans s’appesantir davantage sur sa déconvenue, il entreprit d’aller de l’avant et de modifier son plan d’action. « Il doit sûrement y avoir un détail qui m’échappe, se dit-il. Dès demain soir, je retourne là-bas pour voir de quoi il retourne exactement ».

Et c’est exactement ce qu’il fit. À sa grande surprise, vingt-quatre heures seulement après son forfait, alors qu’il occupait de nouveau son poste d’observation tapi dans les roseaux, il eut la surprise de constater que tout semblait réparé. Au beau milieu de la Place des Fêtes des bédouins souriants, un robinet flambant neuf était en fonction, et régalait tout le monde de son eau bien fraîche.

« Alors ça c’est bien la meilleure, se dit-il… Leur robinet fonctionne à merveille, contrairement au mien. » Il ne comprenait vraiment pas où son raisonnement avait pu coincer. Il tenta d’observer la scène plus attentivement, et au bout d’un moment, son regard s’illumina : « Bon sang mais c’est bien sûr, se dit-il, il ne sert à rien d’avoir un robinet si on n’a pas de tuyau… C’est bel et bien le tuyau qui fait tout ! Comment ai-je pu ne pas y penser plus tôt ? ».

De nouveau, il demeura tapi au milieu des roseaux jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne en vue (ce qui était encore plus long que la veille, car les bédouins souriants semblaient fêter le retour de leur robinet avec un enthousiasme redoublé…). Enfin, après le départ des derniers fêtards, Baddûr put se faufiler sans bruit jusqu’au nouveau robinet. Cette fois-ci, pas fou, il prit bien garde de trancher le tuyau d’eau juste au niveau du sol, puis, une fois son forfait accompli, il repartit en toute hâte avec son ensemble "robinet + bout de tuyau" sous le bras. Et cette fois-ci, il entendait bien que sa tribu entière puisse enfin réaliser quel jeune homme astucieux il était vraiment (…et par voie de conséquence bénéficier ainsi de ses talents).

De retour dans son oasis, il retourna successivement devant toutes les tentes, et affirma haut et fort que cette fois-ci ça y était pour de bon, et qu’on allait voir ce qu’on allait voir.

Effectivement, les bédouins mélancoliques tirés de leur sommeil pour une deuxième nuit virent ce qu’ils virent, c’est-à-dire pas grand-chose. Cette fois-ci, le premier de la file d’attente put effectivement remplir un demi-gobelet d’eau (à cause de la petite quantité subsistant dans le bout de tuyau), puis la coupure d’eau de la veille se produisit de nouveau avec une tranquille obstination, et bientôt tous furent bien obligés de constater qu’encore une fois l’eau refusait définitivement de couler.

Cette fois-ci Baddûr ne dut son salut qu’à la rapidité de ses jambes : en effet, tous les villageois s’étaient mis à sa poursuite tout en hurlant des choses dépassant de très loin le strict cadre de leur mélancolie habituelle. Le chef de l’oasis joignit même sa voix à celle de ses administrés pour signifier à Baddûr qu’il était banni à jamais du village, et que jamais plus on ne devait le revoir passer à moins de 50 kilomètres de l’oasis des bédouins mélancoliques, à moins qu’il ne tienne absolument à ressembler à un méchant morceau de tuyau découpé en fines rondelles…

Baddûr en conçut une immense tristesse. Il s’était fourvoyé sur toute la ligne. Lui qui avait voulu percer le mystère de l’eau (…et du sourire), voilà qu’il était condamné à errer à tout jamais, à quémander sa pitance très loin, au fin fond du désert, et surtout à se passer du contact de ses semblables si ingrats, mais bon, il fallait les comprendre aussi. Jamais il ne s’était senti mélancolique à ce point auparavant, et pourtant, question mélancolie il en connaissait un sacré rayon !

Au bout de trois jours de cette vie d’errance, il prit la décision d’aller se livrer aux bédouins souriants. « Puisque je n’ai pas été fichu de faire le bien, puisque finalement je porte tort à tout le monde, qu’ils fassent de moi ce que bon leur semble, dans tous les cas je l’aurai bien mérité. Peut-être m’autorisera-ton à réparer un tant soit peu les dégâts. Dans le fond, puisque je suis devenu un vaurien, ce ne sera que justice… ».

Cent fois il ressassa ces paroles sur le chemin de l’oasis des bédouins souriants, et lorsqu’enfin arrivé il se trouva devant leur chef, il les lui répéta sans en changer une virgule. Bien entendu, le grand chef des bédouins souriants ne comprit pas un traître mot de toutes ces explications contrites. Baddûr lui déclara alors :

– Vous avez certainement remarqué qu’un misérable chenapan s’est mis en tête de détruire votre installation d’eau potable, et ceci à deux reprises… eh bien ce misérable chenapan, c’est moi.

Puis, se prosternant à ses pieds, il ajouta :

– Faites de moi votre esclave, ou bien du tuyau en rondelles, ou ce que bon vous semblera, je l’ai bien mérité…

Au grand étonnement de Baddûr, le chef des bédouins souriants éclata alors d’un rire sonore. Ce rire se transforma même bien vite en fou-rire. Cet étonnant personnage se tapait bruyamment sur les cuisses, puis finit même par se rouler par terre, incapable de se contrôler. Tout ce bruit attira les autres villageois, auxquels leur chef parvient à grand peine à relater toute l’histoire, sans jamais cesser de hoqueter, et bientôt tout le village s’y mit, dans un joyeux tintamarre de rire collectif. Baddûr n’y comprenait rien. Il était devenu la proie des émotions les plus étranges qu’il eût connues de toute sa vie. Non seulement il ne lui arrivait pas de malheur, non seulement les foudres vengeresses n’avaient pas vraiment l’air de s’abattre sur sa pauvre personne, mais en plus, ses propres forfaitures, qui avaient provoqué la colère de ses concitoyens, ne faisaient que déclencher le rire de ceux qui apparemment en étaient les premières victimes ! C’était à n’y rien comprendre…

Lorsque le calme finit enfin par revenir, le chef s’essuya les yeux, le prit gentiment par l’épaule, et lui donna enfin les explications qu’il attendait.

– Tu vois, Baddûr, tu aurais mieux fait de venir tout simplement nous trouver, nous aurions eu grand plaisir à te venir en aide. Viens avec moi, je vais te montrer quelque-chose…

Puis, après avoir traversé la Place des Fêtes au milieu de laquelle brillait un troisième robinet qui avait tout l’air d’être parfaitement opérationnel, il entraîna Baddûr vers une espèce de réserve où étaient soigneusement rangés des quantités de robinets, de tuyaux de toutes tailles, d’outillage servant à creuser et à entretenir des puits, ainsi que toutes sortes d’objets de même farine.

Baddûr n’en croyait pas ses yeux. En même temps il n’était pas au bout de ses surprises. En effet, le chef lui annonça tout de go :

– Je vais te donner tout le matériel nécessaire pour que tu puisses toi aussi avoir de l’eau à volonté dans ton village.

Baddûr faillit en tomber à la renverse :

– De l’eau à volonté, dites-vous ?

Non seulement il ne lui arrivait rien de fâcheux, mais en plus on lui proposait de réaliser enfin son rêve… Il en était tout chamboulé, et en même temps avait du mal à y croire.

– …Mais, ô grand chef des bédouins souriants, même si, abusant de votre infinie bonté j’utilisais votre matériel, jamais je ne pourrai trouver de l’eau dans mon oasis, personne n’en a jamais trouvé !

– Mais bien sûr qu’il y a de l’eau dans ton oasis, c’est même certain ! Si c’est une oasis, c’est qu’il y a des arbres, non ? Et s’il y a des arbres, il y a forcément de l’eau ! Les arbres sont beaucoup plus malins que nous, ils savent toujours où l’eau se trouve. Si tu comprends ça, cherche près des arbres, tu trouveras forcément de l’eau, il te suffit d’être persévérant ! Allez, trêve de bavardages, prends donc ce matériel que je te donne et va-t’en donc creuser chez toi, tes amis en ont grand besoin !

Ainsi fit Baddûr. Il rentra nuitamment dans son oasis, afin de passer inaperçu, le temps de se mettre à creuser tout près des arbres. Cela lui prit un peu plus de temps qu’il ne l’aurait cru… plusieurs fois il faillit renoncer, mais le chef des bédouins souriants avait été formel : il faut choisir un endroit approprié, puis creuser, creuser, et creuser encore, dans un état d’esprit d’attente favorable, et à la fin on trouve forcément de l’eau.

Cela se produisit juste avant le lever du soleil. Tout d’abord du sable humide, puis une petite poche d’eau, puis la poche s’agrandit à mesure que le trou progressait. Le moment venu, Baddûr mit le tuyau en place, installa le robinet, et enfin amorça la circulation de l’eau dans le tuyau ainsi on le lui avait indiqué. Après avoir vérifié une dernière fois que tout fonctionnait parfaitement et que l’eau coulait en abondance, Baddûr remit le sable en place tout autour du tuyau. La fontaine de l’oasis des bédouins mélancoliques était née !

Lorsque les premiers villageois se levèrent, ils reconnurent Baddûr, qui semblait les attendre. Se demandant s’il convenait de le chasser, ils s’approchèrent de lui avec méfiance. Mais quand celui-ci leur donna enfin à voir un dispositif d’eau potable qui fonctionnait à merveille, ils changèrent d’attitude. Baddûr fut réhabilité sur le champ, et même porté en triomphe. Quelques jours plus tard, le chef du village faisait de lui son adjoint.

La mélancolie les avait quittés à tout jamais.

filet

Cette légende nous apporte au moins deux enseignements :

Le premier, c’est que vous avez en vous tout ce qu’il faut pour réussir. Tout ce dont vous avez besoin pour réaliser vos rêves, c’est de choisir un sujet approprié, puis creuser, creuser, et creuser encore, dans un état d’esprit d’attente favorable.

Le deuxième enseignement s’adresse à ceux dont la mission consiste à transmettre ou à enseigner quelque-chose : Si tel est votre cas, ne prenez jamais la grosse tête, même si vos élèves restent un jour pantois ou émus après une de vos démonstrations. Surtout, n’oubliez pas que vous n’êtes jamais que celui qui montre à l’autre comment fonctionnent un tuyau, un robinet, mais qu’au fond, cet autre-là n’utilise jamais que l’ eau, et d’une manière plus générale les ressources qu’il possède déjà, quand bien même vous l’aurez aidé à les découvrir.

En outre il est juste et honnête de le lui dire.

 

Filet séparateur rigolo bleu 300x72
 

Construire et animer une session de formation


Cet article a été par la suite repris sous une forme légèrement différente dans un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.

///////
7f934a6986af4b90cf7282822f6670c7oooooooooooooooooooooooooooo