Warning: array_key_exists() expects parameter 2 to be array, boolean given in /home/blamail1/public_html/wp-content/plugins/bluet-keywords-tooltip-generator/advanced/functions.php on line 226
UA-39107061-1
Tél. : 06 14 24 89 00

Illusion d’optique – La femme sans âge (ressource pédagogique)

Texture feuilles et pavés - illusion d'optique

Bonjour,

Vous connaissez probablement cette célèbre image :

illusion d'optique célèbre - quel âge a cette femme

Quel âge donnez-vous à cette femme ?

Si par hasard vous ne la connaissez pas, demandez-vous quel âge vous donneriez à la femme ci-dessus, à 10 ans près...

En fait, spontanément, certains y voient une jeune femme, presque de dos, et d'autres une vieille femme de profil. Si vous aviez quelque difficulté à apercevoir "l'autre" femme, pas de souci, vous allez tout voir dans un instant 🙂

Illusion d'optique ? Enfin, si on veut...

Cette image fait partie de celles que l'on classe habituellement (et à la limite "abusivement", mais c'est un autre sujet 🙂 ) dans la catégorie des "illusions d'optique", en ceci qu'elle peut être interprétée d'au moins deux façons.

Du reste, il s'agit là d'un excellent outil pour illustrer le fait que nos perceptions, ou plus précisément ce que notre cerveau en fait, peuvent être influencées par... des tas de choses en fait (appelons cela le conditionnement [1], pour faire court).

Personnellement, cela fait pas mal de temps que j'utilise cette image dans certaines de mes interventions.

Or, je viens de la retrouver dans l'ouvrage (excellent, au demeurant) de Stephen R. Covey intitulé "Les 7 habitudes de ceux qui réussissent". Où elle est présentée d'une manière que j'ai trouvée très originale.

La ressource pédagogique

Dans ce livre, l'auteur nous explique qu'en général, dans un contexte de formation, avant de projeter l'image à son auditoire, il distribue au préalable deux autres images, de manière individuelle, à ses participants, en demandant à chacun de ne pas "regarder l'image de son voisin" :

Une moitié de son auditoire (désignée de manière arbitraire – disons ceux qui sont plutôt installés dans la partie gauche de la salle de cours) se voit alors distribuer cette image-ci :

illusion d'optique - femme paraissant jeune

Cette femme paraît plutôt jeune


A l'autre moitié de l'auditoire (ceux de la partie droite, donc) il distribue l'image suivante :

Cette femme paraît très vieille

 

La consigne qu'il donne à l'ensemble de ses apprenants est alors : "Regardez attentivement l'image qui est entre vos mains pendant une dizaine de secondes, puis retournez-là sur votre table (face cachée)".

Là où ça devient vraiment intéressant :

Ensuite seulement il projette (à tous) l'image que je vous ai montrée au début de cet article. En posant bien entendu la (malicieuse) question "Quel âge donneriez-vous à cette femme, à 10 ans près ?..."

Et c'est là qu'on constate à quel point nos conditionnements, si anodins, si rapides ou fugaces soient-ils, sont déterminants dans notre manière de percevoir les choses. En fait ce n'est pas compliqué : nos conditionnements changent TOUT !

Lire aussi  La différence entre l'école et la vie...

Quand on assiste en direct à la naissance d'un conflit

Effectivement, les réactions sont immédiates, et l'auditoire se divise instantanément en deux blocs antagonistes [2] :

D'une part la "moitié de gauche" fait instantanément bloc pour affirmer qu'il s'agit "bien évidemment", d'une jeune femme. D'ailleurs "ça crève les yeux"...

Et bien entendu, l'autre moitié, qui a "vu" une vieille femme, et pour qui ça crève tout autant les yeux 🙂 s'étrangle d'entendre de pareilles sornettes, et n'a de cesse que de faire entendre raison à tous ces gens dont on se demande quelle mouche a bien pu les piquer...

Comment cela se résout-il en général ? Eh bien le plus souvent, cela se passe tout seul, et – point extrêmement important  – sans aucune intervention de l'animateur ! En général, un participant finit par se lever pour venir montrer montrer aux autres un détail (...par exemple la partie "collier de la jeune femme / bouche de la vieille femme") qui va faire que les membres de "l'autre camp" vont se frapper le front en réalisant, qu'effectivement, cette illustration pouvait être interprétée de deux manières, et surtout que tout le monde peut très bien avoir raison, alors même que personne n'est d'accord ! Cela va extrêmement loin.

Quelle conclusion en tirer, et avec quoi les apprenants repartent-ils?

Il suffit alors à l'animateur de poser au groupe la sempiternelle question "Quels enseignements pouvons-nous tirer de cette expérience ?".

Si vous faites suffisamment confiance à vos apprenants, en particulier à leurs capacités en matière de respect et de rigueur, vous les verrez arriver par eux-mêmes à la conclusion qu'il est en général non seulement utile, mais – osons le dire – indispensable de s'intéresser au point de vue de l'autre. Et  que, pour chacun de nous, nous avons tout à gagner à soupçonner l'autre d'intelligence plutôt que de crétinerie 🙂

Il vous suffira  alors de rappeler à tous que dans bien des situations de la vie courante, nous n'avons pas toujours la chance d'avoir sous les yeux une image commune à laquelle nous référer pour pouvoir désamorcer les conflits à la source. Moyennant quoi nous nous tombons tous dans le piège de nous enferrer dans nos dialogues de sourds. Lesquels sont largement alimentés par nos propres conditionnements et projections.

Lire aussi  Le travail est la meilleure et la pire des choses...

Et quels enseignements y a-t-il à tirer de tout cela, si vous êtes consultant ou formateur ?

Une fois de plus la preuve est amenée (si besoin était) qu'un animateur (contrairement à un instructeur) n'est pas forcément là pour "dire la messe", ni même pour "montrer aux gens ce qu'il faut faire" (...et pourquoi pas "penser", pendant que nous y  sommes ? 🙂

Croyez-moi, votre action sera infiniment plus efficace si vous avez permis à vos apprenants de vivre pleinement une expérience nouvelle, enrichissante par elle-même,  et d'en tirer des conclusions par eux-mêmes. Même si – bien entendu – vous avez bien pris soin de préparer le terrain. Tout simplement pour permettre au vivant d'advenir.

Il s'agit là tout simplement d'une question de confiance en vous et en l'autre. Et surtout dans la possibilité d'une relation authentique, d'adulte à adulte, dans le respect de tous. Cela vous permettra de repartir avec la tranquille assurance du jardinier qui vient de semer une graine, et qui sait très bien qu'à partir de là c'est la nature – et elle seule – qui commande.

C'est toute la différence qu'il y a entre un formateur et un donneur de leçons.


Notes :

[1] Pour faire simple, on peut assimiler la notion de "conditionnement" à l'État du Moi que l'on nomme Parent dans l'analyse transactionnelle… Pour de plus amples informations, n'hésitez pas à  consulter cet article.

[2] Nous avons par ailleurs publié cet article à propos de la résolution des conflits.


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article, merci de bien vouloir nous en informer. Pour cela, il vous suffit de sélectionner le texte en question, puis d'appuyer sur Ctrl + Entrée.

– Commentaires Facebook –
1 commentaire
  1. Excellent article comme toujours et qui se prête à une suite.

    Puisqu’il est ici question de pré-conditionnement, j’ai envie d’ajouter une précision bibliographique qui peut être lue exactement comme quand vous regardez le dessin que propose Bernard dans cet article …

    La question est: savez-vous qui était vraiment Steven Covey ?
    Vous trouverez la réponse entre autres dans cet article (version courte et neutre): http://www.economist.com/node/21559329
    et dans celui-ci (version longue et nettement plus fouillée): http://archive.fortune.com/magazines/fortune/fortune_archive/1994/12/12/80049/index.htm .

    Cela change-t-il quelque chose pour vous de savoir quelle était la Mission de cet auteur ? Cela renforce-t-il à vos yeux l’intérêt du message général ou cela vous le rend-il suspect ? Quand à moi, je réponds: les deux mon capitaine, justement !

    Merci encore à Bernard.

Et si vous laissiez un commentaire ?...

A propos de l’auteur

Bernard Lamailloux

Auteur, consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation, je suis également musicien, théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je vous réserve encore bien d’autres surprises !

dolor. mattis Lorem accumsan venenatis, consequat. consectetur ut sed in id, ut
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :