UA-39107061-1
Tél. : 06 14 24 89 00

Pardon : encore un mot magique

 


demander pardon

Merci... d'avoir pris connaissance de ce qui précède 🙂

Dans un article précédent, nous avons vu que le mot "Merci" pouvait nous être d'un précieux secours. Et ceci dans au moins 7 situations bien précises.

En fait, "merci" est un mot que nous nous plaignons généralement de ne pas entendre assez, mais dont nous sommes nous-mêmes – le plus souvent – trop avares (en fait, l'enfer, c'est les autres… air connu).

Ces mots qu'il faut savoir prononcer… Savons-nous aussi les entendre ?

Avez-vous remarqué qu'il est quelquefois difficile de réagir à un "merci" ? Jadis, dans les combats à l'épée, celui qui s'avouait vaincu et désarmé avait l'habitude de s'écrier "Merci", dans le sens "Je suis à votre merci", acceptant ainsi sa défaite, et donnant à l'autre le pouvoir de vie de de mort sur lui.

Est-ce pour cette raison que de nos jours, le mot "merci" semble parfois encore plus difficile à entendre qu'à prononcer ? Nul ne le sait. En tout cas, il est courant qu'en recevant un remerciement  nous fassions de notre mieux pour que la personne se sente à l'aise, le moins "redevable" possible envers nous.

Comment ça "De rien…" ?

Ainsi, nous répondons souvent mécaniquement à un "merci" par une parole de politesse, du style "Je vous en prie", ou pire "De rien". En fait, à y regarder de près, ce "de rien" a une action délétère.

Pourquoi "délétère ?"

En fait, un "de rien" part le plus souvent d'une intention positive (comme tant d'autres choses 😉 ).
C'est une manière de dédouaner l'autre de toute dette envers vous.

Mais cette intention comporte une maladresse. Elle suggère en effet que ce que vous avez fait pour l'autre "ne compte pas". Ainsi, en répondant "...de  rien", si on voulait pousser les choses à l'extrême, on pourrait aller jusqu'à dire que vous rejetez l'autre (d'une certaine manière), en lui laissant entendre que son remerciement est sans objet… pire : que ce que vous avez fait pour lui ou rien, c'est pareil ! Pourtant, vous n'avez pas "rien fait", que je sache ! 🙂

Sans compter que ce "de rien" peut au passage vous faire apparaître comme une personne qui se sacrifie pour l'autre, un sauveur en somme...

Une alternative que j'apprécie beaucoup, en ceci qu'elle a pour objectif de faire en sorte que l'autre ne soit plus redevable, sans pour autant minimiser notre propre action en quoi que ce soit est l'expression suivante :

"Ça m'a fait plaisir…".

Personnellement, depuis qu'on m'a présenté les avantages de cette alternative, j'ai remplacé tous mes "De rien" par des "Ça m'a fait plaisir". Au début, comme si c'était plus fort que moi, j'accouchais péniblement d'un hybride "Ce n'est rien, ça m'a fait plaisir", et puis j'ai fini par me débarrasser totalement de ce "Ce n'est rien" qui n'a rien à faire là (j'envoie au passage mes plus chaleureux remerciements aux deux femmes qui m'ont appris tout cela il y a fort longtemps, à savoir Françoise Chaulet et Adrienne Reed Coissard).

Aujourd'hui, je vous propose "Pardon" : Le deuxième mot magique que l'on ne prononce jamais assez

Demander pardon : une manière d'ouvrir le parapluie ?...

Lorsqu'on vient de commettre une bourde, la langue française offre de subtiles variations à qui entend présenter ses excuses : "Pardon"... "Je vous présente mes excuses"... "Je suis désolé"....

Lire aussi  Éloge de la méthode Coué

Par commodité, nous agirons ici comme si ces expressions désignaient rigoureusement la même chose, même si vous savons parfaitement que ce n'est pas exact (en effet, lorsque deux mots différents existent dans une langue, ils ne désignent jamais tout à fait la même chose..).

Imaginez ceci : vous savez très bien que vous avez porté tort à une personne (volontairement ou non), que vous lui avez causé préjudice, en prononçant une parole blessante ou en agissant d'une manière pas très reluisante…

Se venger, c’est se mettre au niveau de l’ennemi; pardonner, c’est le dépasser.
(Francis Bacon)

En pareil cas, vous pouvez être aux prises avec deux sentiments quelque peu contradictoires :

D'un côté, vous être traversé par l'envie de présenter vos excuses à la personne concernée. Et en même temps, cela vous semble difficile, voire inconcevable. Parce qu'elle bouscule votre conception du protocole (...Cette personne étant au-dessus de moi dans une hiérarchie / au-dessous de moi dans une hiérarchie / en compétition avec moi d'une manière ou d'une autre / particulièrement antipathique à mas yeux... je ne vais quand-même pas "m'excuser, en plus !!!" 🙂 ) 

Que celui qui n'a jamais vécu pareil dilemme lève le doigt. En fait, l'acte de demander pardon est toujours plus ou moins complexe, en ceci qu'il présente deux aspects bien distincts :

  • D'une part cela suppose que vous reconnaissiez pleinement vos torts.
  • D'autre part, cela signifie que vous êtes prêt - au moins temporairement – à accorder plus d'importance (ou du moins plus d'attention) à l'autre qu'à vous-même.

Demander pardon suppose en effet vouloir préserver la relation à l'autre. Et cette démarche pacificatrice est parfois difficile à assumer sur le plan émotionnel.

Il est parfois difficile de reconnaître nos propres manquements

Chacun le sait, il est tellement plus facile d'attribuer à l'autre la cause de nos erreurs. Voilà pourquoi, même en cas de faute, nous sommes enclins à préférer avoir raison à tout prix tout en et rejetant la cause de notre faute sur l'autre : "J'ai peut-être commis une erreur, mais c'est à cause de lui" est une phrase très souvent prononcée dans un tribunal ! Manière subtile de tenter de passer du statut de coupable à celui de victime*.

Dire pardon, c'est renoncer à une partie de notre propre narcissisme, faire "amende honorable" selon l'expression consacrée. C'est aussi accepter l'idée que notre relation à l'autre peut, à l'occasion, revêtir à nos yeux une plus grande importance que notre petit nombril.

Alors ? Demander pardon ou pas ? Pas si simple : il y a plusieurs facteurs en ligne de compte. Tout dépend de ce qu'on se reproche d'une part et de notre relation avec la personne lésée d'autre part.

Demander pardon : un acte en deux temps

Le premier temps est une affaire entre soi et soi : "Je regrette mes actes, mes paroles…". Il y va de notre paix intérieure, de notre besoin de se débarrasser du (toujours désagréable) sentiment de culpabilité.

Lire aussi  La PNL qu'est-ce que c'est et à quoi ça sert ?

Le deuxième temps est centré sur l'autre : "J'ai besoin que tu me pardonnes le désagrément que tu as ressenti suite à mes actes (ou paroles)". En pareil cas, les auteurs qui s'expriment sur ce sujet parlent le plus souvent de paix relationnelle.

Bien entendu, présenter nos excuses n'oblige en rien l'autre à les accepter. Héhéhéhé... Précisément, c'est bien souvent là que "ça nous gratte"

Ceux qui ne demandent jamais pardon, et ceux qui s'excusent trop souvent...

Ainsi il est facile de comprendre que ceux qui souffrent d'un ego surdimensionné trouveront toujours de bonnes excuses pour ne jamais présenter… leurs excuses, justement. Quant à ceux qui souffrent d'un déficit d'image de soi, on les reconnaît en particulier à leur manie parfois irritante de s'excuser à tout bout de champ, à tort et à travers, à propos de tout et n'importe quoi…

Un tic de langage : "Désolé".

Il peut nous arriver de "nous excuser par avance" de quelque chose. Par exemple en commençant nos phrases par "Désolé" pour adoucir l'impact de ce que nous disons. Cela peut aussi être complètement inapproprié, notamment lorsque cela devient un tic de langage.

Deux exemples :

  • "Désolé, mais je ne suis pas d'accord."
  • "Désolé, mais je ne peux pas venir."

Mais avez-vous pensé à ceci : Nous sommes tous habilités à exprimer un fait ou une opinion. Nous n'avons pas besoin de nous excuser d'avoir un point de vue différent, ou d'avoir déjà autre chose de prévu pour la soirée...

Dans des cas similaires, essayez de remplacer les phrases précédentes par :

  • "J'apprécie votre contribution. J'ai un autre point de vue pour telle et telle raison..."
  • "Merci pour l'invitation. J'ai déjà autre chose de prévu. Prenons un autre rendez-vous."

En conclusion

Voilà. J'espère que cet article vous aura plu. Et vous ? Acceptez-vous facilement de demander pardon ? Ou cela vous gêne-t-il parfois aux entournures ? N'hésitez pas à nous laisser un commentaire sous ces lignes !

Un prochain article traitera de la manière dont nous recevons un "pardon" (acceptation ou refus). Ce sera de surcroît l'occasion de découvrir un 3e mot magique, trop peu employé lui aussi, et qui peut nous ouvrir bien des portes…

Dernière minute :

 Oups ne veut pas dire pardon... ... C'est le titre d'un article très intéressant publié par psychologies.com à propos de ce petit mot à la mode...

 

 


* Voir à ce sujet notre dossier sur les jeux psychologiques.

Ressources :

Doctissimo.fr

How to Say ‘Sorry’ with Authenticity and Meaning

Cet article fait partie du dossier "Quatre mots magiques". 

Article précédent : Merci : un mot magique dans au moins 7 situations Article suivant : ''J'ai besoin''... Un drôle de mot magique...


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article, merci de bien vouloir nous en informer. Pour cela, il vous suffit de sélectionner le texte en question, puis d'appuyer sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires
  1. Bonjour,

    Beaucoup de gens, particulièrement des jeunes, disent « désolé » tout court à la place de « pardon » et l’on voit bien qu’il ne sont pas désolés juste pressés. Exactement comme dans les séries TV traduites à la chaîne …

    Finalement peu importe, « pardon » ou « désolé » énoncés comme par réflexe sans intention particulière envers l’autre ne sont pas de véritables excuses juste des rustines sociales. Certes utiles dans la plupart des situations courantes mais de peu de conséquence.

    Cependant, comme une poignée de mains donnée sans regarder la personne … un « désolé » automatique peut être ressenti comme une confirmation que l’offenseur n’a strictement rien à faire de l’offensé et de ses sentiments.

    La formule choisie a donc sans doute son importance et certes, il y a des mots magiques … à condition qu’ils soient des occasions pour qu’une réelle relation s’établisse. A tout prendre, il me semble qu’il vaut mieux une proposition d’excuses maladroite mais sincère voire un silence éloquent qu’une formule bien choisie mais parfaitement factice. Non ?

    Bonne journée

    • Choisir ses mots avec soin, se montrer sincère, prendre le temps, prendre le temps de la sincérité, … des comportements si tristement à contre-courant de la fuite en avant de ce XXIe siècle.
      Quant aux jeunes que vous évoquez, ils sont dans bien des cas les mêmes qui en appellent à tout bout de champ au « Respect » qu’on leur doit, et qu’ils n’accordent que rarement.
      Pour un peu, en écrivant ces mots, on pourrait me prendre pour un vieux con … Pourtant, il n’en est rien ou du moins, je l’espère !

  2. Merci de cette contribution … que j’apprécie ! (loin de moi tout esprit condescendant … c’est sincère).
    Personnellement, j’avoue, il est vrai que j’ai toujours eu un peu de mal avec le mot « pardon ». Ou devrais-je écrire « je le confesse » : j’ai dit (ou récité) pourtant plus souvent qu’à mon tour le « Notre Père » avec cette fameuse phrase « …pardonnes nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé … ».
    Tu le soulignes, demander pardon à tort et à travers peut révéler un manque de confiance en soi. Mais c’est aussi pour certains un aveu de faiblesse qui peut être aléatoirement et même dangereusement perçu.
    Demander pardon à bon escient et au bon moment … comme c’est difficile.

    • C’est vrai que c’est compliqué ce truc… Le mot m’a toujours quelque peu gratté aussi, j’imagine que pour ma part ce sont les stigmates d’un enseignement religieux qui ne laisse pas que des bonnes traces (les psychanalystes se régalent avec les histoires de pardon, de sacrifice, de sauveur, sans parler du « vrai » père » qui règne en maître absolu au-dessus de tout, ou encore de la mère immaculée…).

      J’aime bien dire « excusez-moi », mais là aussi il y a toujours l’académicien de broussaille de service qui vient nous expliquer que gna gna gna… dire « excusez-moi » est un impolitesse, et qu’il est préférable de « présenter » des excuses (…comme on présente les armes ?).

      Voilà pourquoi j’ai bien pris soin de préciser dans l’article que ce mot magique n’en est pas vraiment un, vu qu’il existe plusieurs synonymes, qui ont chacun leur spécificité… bref c’est le bronx.

      Avec « Merci » c’était (sur cet angle-là) beaucoup plus simple, finalement…

Et si vous laissiez un commentaire ?...

A propos de l’auteur

Bernard Lamailloux

Auteur, consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation, je suis également musicien, théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je vous réserve encore bien d’autres surprises !

559bc775945c9b873c78c99f599fc943????????????
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :