UA-39107061-1
Tél. : 06 14 24 89 00

Pédagogie et mondes virtuels

Bonjour.

Par les temps qui galopent, plus n’est besoin de prouver que la pédagogie est une chose bien trop sérieuse pour être confiée aux seuls spécialistes des sciences de l’éducation.

Dans cette perspective nous avons déjà évoqué ici à plusieurs reprises les ponts qu’il était possible (et même souhaitable) de jeter entre pédagogie et jeux, pédagogie et mieux-apprendre, pédagogie et développement personnel et même pédagogie et tartufferie pédagogie et sites de rencontres, ou pédagogie et humour !

Aujourd’hui il va être question de rapprochements entre pédagogie et… mondes virtuels !

Mais qu’est-ce qu’un monde virtuel, au juste ?

Rappelons qu’un monde virtuel est un monde créé artificiellement par un logiciel informatique et pouvant héberger une communauté d'utilisateurs présents sous forme d'avatars ayant la capacité de s'y déplacer et d'y interagir.

Jusqu’à il y a peu, je n’avais entendu parler des mondes virtuels que par le biais de «Second Life», dont j’avais entendu dire (comme tout le monde) qu’il s’agissait d’une espèce de monde parallèle dans lequel divers schizophrènes azimutés avaient l’habitude de se réfugier (alors que de nos jours, nous ne connaissons même pas notre voisin de palier, n’est-ce pas ma bonne dame ?) pour aller retrouver (hum, si on peut dire...) des asociaux de leur type. C’est sûr que dit comme ça, ça ne fait pas trop envie…

Sur le pont d’Avignon, on y danse, on y danse,
...et sur les mondes virtuels, on y donne des conférences !

Et puis il y a quelques semaines (mardi 19 février dernier), voilà que sans crier gare (...pourquoi l’aurait-il fait ?) mon ami Marco Bertolini m’invite à une conférence qu’il animait, avec pour sujet l’histoire de la pensée visuelle.

En cherchant à savoir où se tenait cette conférence, quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’elle avait lieu dans… un monde virtuel !

Passé ma première surprise, j’ai voulu en apprendre plus, et voici ce que j’ai découvert : Il s’agissait en fait d’une conférence virtuelle proposé sur plateforme Open Simulator, dans la grille de Francogrid, sous la houlette de Métalectures. Pour s’y rendre, nous étions invités à emprunter notre viewer préféré, à savoir «Imprudence» (sic !).

Quel vélo ? Quel cheval ?...

En lisant tout ceci je me demandais si je n’étais pas plongé en pleine histoire d’Alice aux Pays des merveilles. Un lapin ou un raton laveur posté à l’entrée n’allaient-ils pas nous proposer un verre de sirop de lames de rasoir ? Ou une louche de purée de scie à métaux ?… Le moins que l’on puisse dire est que tout cela nécessitait quelques explications pour le profane que j'étais. Et que je demeure encore sur bien des points. Ces explications, les voici donc :

OpenSimulator, souvent appelé OpenSim, fait partie de ces fameux mondes virtuels, dont l'ensemble fait partie de ce qu'on appelle parfois le Web 3D. Concrètement, OpenSim est un serveur open source utilisé pour héberger des mondes virtuels. Il est parfois présenté comme l’alternative libre de SecondLife.

Une grille est un petit bout de monde virtuel dans lequel on se balade en utilisant soit des noms de lieux soit des coordonnées altitude/longitude de type GPS. Lorsque plusieurs grilles parviennent à se connecter entre elles, on parle d’hyper-grilles.

FrancoGrid est une communauté francophone de passionnés des mondes virtuels qui ont créé une grille accessible dans le monde OpenSimulator.

MétaLectures est le premier environnement « web 3D immersive » conçu pour présenter, expérimenter et développer des solutions innovantes dans l'univers du livre et de la lecture francophones, et explorer de nouvelles formes de médiation autour du livre.

Encore un cuillerée et c'est fini...

Imprudence est un viewer (semblable à un navigateur pour monde virtuel, si on veut, sauf qu’en plus de nous permettre de nous balader un peu partout il est conçu pour nous aider à piloter éventuellement les mouvements et le comportement de notre avatar, ainsi que mille autres choses autrement plus puissantes qui pour le moment me donnent le vertige) utilisé pour naviguer dans OpenSimulator, donc. J’ai appris par la suite qu’il existait un viewer plus perfectionné qui s’appelle Firestorm, mais je préfère vous prévenir qu’il est beaucoup plus gourmand en ressource. Si comme moi vous avez un PC "vieilissant", mieux vaut ne pas se séparer de son Imprudence (c’est dingue, j'ai un mal fou à me faire à ce nom !).

Lire aussi  Allez les profs, encore un effort... :-)

Quand l’auteur de ces lignes se sent une âme de pionnier…

Pionnier des mondes virtuels
Armé de toutes ces infos (que j'avais glané en fouinant sur le net) je me suis équipé de mon… Imprudence, donc, et je me suis mis en tête de maîtriser un peu la bête. Histoire d’avoir l’air un peu moins bête, précisément, lors de mon arrivée sur les lieux.

A l'aide d'un avatar (que j’avais réussi à créer!) je suis donc arrivé en avance sur le lieu de la conférence. J'y ai découvert un super auditorium désert, mais extrêmement bien équipé. Bon, en même temps, vu que c’est du virtuel, je me disais qu’ils auraient tort de se refuser quoi que ce soit).

J’ai ainsi découvert un écran géant. Vu les proportions de ma fenêtre ça revenait en gros à visionner une vidéo sur YouTube. Ce qui est plutôt sioux à bien y réfléchir…), écran sur lequel une présentation avait été installée.

J'ai même fini par parvenir à faire défiler les slides de ladite présentation. Je reconnus d’ailleurs immédiatement la patte de mon ami Marco. Mine de rien je pus à cette occasion me familiariser tranquillement à l'avance avec ce dont il allait être question. Cela constituait un ancrage (ou "indice de récupération mémorielle" si on préfère). J'ignore totalement si c'était fait exprès, mais qu'importe, le fait est là, et mérite largement d'être salué... et exploité !

Par la suite je suis sorti de la salle de conférences pour me dégourdir les neurones. Tentant par là-même d’assimiler des rudiments de… appelons ça « pilotage d’avatar » (cela me rappelait les cours de conduite « pirate » de mes aînés tentant de m’initier au maniement automobile en terrain vague à l'époque des mes jeunes années). Le moment venu, à l’heure dite, j’avais bien l’intention de retourner dans la salle… pour assister bel et bien à la conférence en temps réel.

Une tranche de vie : le déroulement de ma première e-conférence (...comme participant)

Pour une surprise ce fut une surprise ! La salle était noire de monde, remplie d’avatars aux aspects et vêtements multiples, et parfois inattendus. Par exemple dans un des fauteuils il y avait une… euh, disons créature, en forme de fumée rose qui n’était pas sans rappeler le film d'animation Aladin…

A l’entrée de la salle je fus très gentiment accueilli par Khéops. Une adorable avatarette qui semblait accueillir tout le monde… Je trouvai (non sans difficulté) une place au dernier rang, et parvins enfin à m’asseoir.

Quelque temps plus tard le maître de cérémonies prenait la parole. Il remercia tout le monde d’être venu, et parla des autres manifestations à venir. Il finit bien sûr par présenter Marco. Et moi dans mon (vrai) fauteuil en face de mon PC, je me pinçais pour me persuader que je ne rêvais pas !

Lorsque Marco prit la parole, je fus bien entendu pris par son histoire ! Peu de temps après, ma voisine de droite (dans la salle virtuelle) me demandait d’être son ami (...par le biais d’un tchat interne).

J’acceptai avec joie, et par la suite je découvris qu’il s’agissait d’une personne qui tout comme moi venait ici pour la première fois. Et qui avait été amusée de mes essais maladroits. Ainsi que de toutes les vannes que je m’étais amusé à lancer par le biais du tchat interne. Depuis j’ai découvert que ma voisine n'était autre que Yasmine Kasbi. Faites donc le pitre, vous ferez des rencontres magnifiques !

Lire aussi  Rapports parents-enseignants-élèves : Lettre d'Abraham Lincoln au professeur de son fils

Conférence dans un monde virtuel : l'univers de MétaLectures

Quand tout fut terminé...

A la fin de la conférence, il y eut comme dans la vraie vie la traditionnelle série des questions du public. Certaines se faisaient par tchat interne. D’autres par le truchement des microphones que beaucoup d’utilisateurs possèdent (ne serait-ce que par le biais de leur webcam…).

Ensuite, certains sont allés se réunir pour discuter (autour d’un endroit appelé point d’eau, ou quelque chose comme ça…). Pour ma part j’ai préféré m’éclipser, en suivant le cortège des avatars qui gravissaient lentement les marches de l’amphi. Et qui partaient carrément en s’envolant (ah oui, parce que j’ai oublié de vous dire, on peut faire plein de choses en virtuel, y compris prendre son envol !).

Retour d’expérience (...à tête reposée)

Il me faut bien avouer aujourd’hui que je suis ressorti de cette expérience avec un sentiment étrange : Celui d’avoir été immergé dans une extraordinaire machine à fabriquer des souvenirs. Aussi bizarre que cela puisse paraître, mon souvenir de cette soirée est bien particulier, unique. Non pas de la manière dont on pourrait se souvenir d’un livre qu’on a lu. Ni même d’une vidéo qu’on visionne… mais pratiquement comme un événement auquel j’ai vraiment assisté... participé !

Aussi, je ne peux pas m’empêcher d'imaginer des tas de possibilités. Ne serait-ce que tout que cela ouvre dans le domaine de la formation et de la pédagogie. Imaginez : il y avait dans cette salle une bonne cinquantaine de personnes venues du monde entier mais qui n'avaient pas quitté leur « home, sweet home » pour autant !

Et j’espère ne pas être brûlé en place publique si j’affirme que nous avons partagé des souvenirs très forts ! Le lendemain, drôle d'atterrissage : sur France Culture (...qui n'est tout de même pas ce qui se fait de plus ringard) , j'entendais un présentateur nous annoncer sans rire dans son émission que tel participant au débat du moment se trouvait dans une ville distante mais qu'en gros ça le faisait quand-même grâce à "la magie des ondes". A ce moment-là, je me dis que décidément, le 21e siècle est une terre de contrastes, et surtout que nous ne sommes pas au bout de nos peines.

Un bémol (ou plutôt une inquiétude)

Les mondes virtuels peuvent aussi poser question...Voilà. J’ajoute que depuis lors j’ai le très net sentiment d’avoir mis ce soir-là le doigt dans un délicieux engrenage. et que les dimensions pédagogiques des mondes virtuels me semblent promises à un brillant avenir. Seul bémol, ou plutôt inquiétude : le monde qui nous entoure est-il prêt à accueillir tout ça ? En d'autre termes, tous ces gens si passionnés et si passionnants n’arrivent-ils pas un peu trop tôt ? Auquel cas ils risquent d'être plus ou moins durablement ostracisés par les autres. Sous l’air bien connu de « Je vous l’avais bien dit, ma pauv’ dame, ils sont pas comme nous ces gens-là… »).

...Pourquoi pas vous ?

Aujourd'hui je pense avec délectation à mardi 2 avril. D'abord parce que ce sera le jour de mon anniversaire. Ensuite parce que j'ai un rendez-vous à 21h30 sur Francogrid. Il s'agit d'une conférence consacrée au thème "pédagogie et mondes immersifs", ce qui, avouons-le, tombe tout simplement à pic !

 

Bien à vous,

Bernard


PS : Depuis l'écriture de cet article, je me suis rendu au fameux rendez-vous, donc. Ensuite, je me suis fendu d'un... disons d'un compte-rendu assez particulier (une chanson, en fait !) dans l'article suivant... 

filet

....

Filet séparateur rigolo bleu 300x72
 

Construire et animer une session de formation


Cet article a été par la suite repris sous une forme légèrement différente dans un livre de conseils aux formateurs intitulé  « Construire et animer une session de formation » paru en juillet 2014 aux éditions DUNOD.


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article, merci de bien vouloir nous en informer. Pour cela, il vous suffit de sélectionner le texte en question, puis d'appuyer sur Ctrl + Entrée.

45 commentaires
  1. A reblogué ceci sur Formation 3.0 and commented:
    Je ne résiste pas à l’envie de rebloguer cet article de mon ami Bernard Lamailloux sur sa découverte des mondes virtuels.
    Avec sa verve habituelle, il nous conte ici sa découverte de ces mondes étranges dans lesquels on peut voler, chatter et aussi donner des conférences, faire des rencontres passionnantes et découvrir des mondes insoupçonnés : ceux que les internautes portent en eux et recréent en 3D sur des serveurs open source. Bonne lecture, vous êtes en très bonne compagnie 😉

  2. Pour répondre à ta sollicitation Bernard et pour que tout soit bien clair entre nous …tous – quand on explique ce que c’est et comment ça marche… et je le jure je ne suis pas une geek donc je le dis avec mon humble compréhension mais çà veut dire que c’est partageable :

    – OpenSimulator est un logiciel (celui dont tu parles et qui permet de créer des mondes viruels). Son origine est le code de Second Life donné en open source et développé par une communauté internationale bénévole.

    – Francogrid est une association dont l’objectif est de maintenir un de ces mondes virtuels (ou “grille”, qui comporte donc plusieurs “régions”, dont Métalectures fait partie) avec le projet de populariser l’usage pour les francophones et favoriser des projets d’applications, tout en permettant une vie sociale entre les utilisateurs, qu’ils soient simples visiteurs ou acteurs pluridisciplinaires (des artistes aux chercheurs en passant par d’ingénieux techniciens ou des visionnaires de la dématérialisation…)

    – le Viewer est également un logiciel, un outil qui permet à nos pc de communiquer avec les serveurs qui hébergent ces mondes. Il y a donc 3 acteurs ainsi reliés entre eux : le pc de l”utilisateur, le viewer et le serveur….et ça marche. Le monde est persistant, CAD accessible 24/24 7/7 tant que le serveur distant tourne. Lorsque l’on se reconnecte avec son viewer, le monde a donc changé depuis la dernière fois qu’on y est rendu…

    Imprudence est un de ces viewers, mais effectivement, une nouvelle génération offrant la possibilité de faire fonctionner davantage d’applications d’Opensimulator (qui sont infinies) est recommandée car alors on peut en effet diversifier les techniques de modélisation et en voir le résultat, et activer des outils bureautiques dans le monde (des pages web, des vidéo) que tout le monde peut voir en même temps etc.
    Des ordinateurs moyens de moins de 4 ans font en général parfaitement l’affaire.

    voir en bas de cette page pour le viewer Firestorm : http://francogrid.org/documentation/581

    – Le metavers (meta-univers) est l’ensemble des grilles déjà développées de par le monde sous cette technologie Opensim, plus de 200 actuellement qui représentent quelques 10 000 régions actives.

    -Hypergrid est un autre logiciel qui permet de se téléporter d’une grille à l’autre avec le même avatar, soit l’utopie (mais en est-ce encore une pour longtemps?) du web 3D, où le navigateur c’est le “viewer” et non plus ceux du 2D (IE, Firefox etc.)….

    Voila, il m’importait d’apporter cet éclairage qui pour ma part et en son temps a tardé à montrer toute son évidence, or je trouve que ça met à l’aise plus vite de savoir où on met les pieds ;-))

    Pour le reste, ton témoignage fait chaud au coeur, on espère tant de fois que ce plaisir soit celui du plus grand nombre, que les plus “fachés” avec le numérique puissent retrouver là des repères familiers plutôt que leur solitude devant l’écran, ou au contraire que les “azimutés” du 2D reviennent dans le monde des vivants en chair et en os, pixellisés certes mais bien présents, comme tu le soulignes…

    A Bientôt chez Yann!
    Jenny/Aka Cheops

  3. Un bien joli témoignage que je m’empresse de scoopiter – http://www.scoop.it/t/francogrid
    Les commentaires sont également une excellente ponctuation ! Ta plume enthousiaste est juste délicieuse et donne envie de tenter le voyage 🙂 Merci pour ce billet permettant de faire découvrir ces nouveaux territoires de partages, d’échanges, d’apprentissages divers et de créations!

    • Eh bien voilà qui vient de me donner l’occasion de follower ce Scoop.it que je ne connaissais pas ! Mille mercis chère Praline, qui (si ma mémoire est bonne) rédige des tutoriels que je trouve très bien faits et très agréables à lire !

    • Ton excellente mémoire me rend confuse quelque peu, premiers tutoriels et une si jolie bienvenue ! Me voici dans la dynamique de l’excellence pour la suite, exercice bien difficile 🙂 Mais je vais tenter le challenge ! 😉 A très bientôt et joyeuses Pâques 😉

  4. Article à relire plusiuers fois tant il est bien fait

  5. …je me suis régalé à te lire ! Je m’inscris à la prochaine 😉

  6. Merci à tou(te)s pour ces commentaires. Au risque de faire rougir Praline, je vous donne les liens vers les deux tutos qui m’ont le plus aidé, notamment sur Firestorm:

    http://francogrid.org/sites/default/files/tutoriels/firestorm/tutorielfirestorm01-installation.pdf

    http://fr.slideshare.net/PralineBarjowski/tutoriel-firestorm03-connexion

    En ce qui me concerne, cela n’a pas été un luxe d’avoir recours aux deux, je vous assure !

    Autre précision de dernière minute. Il est vrai que mon PC date d’il y a… un tout petit peu plus de 6 mois (ce doit être mon côté méridional qui a transpiré…). Quoi qu’il en soit, je suis bien content d’avoir installé les deux viewers : Firestorm pour les raisons données plus haut par Jenny, et Imprudence parce qu’il est plus léger. Peut-être le mieux (dans le doute) est d’installer Firestorm en premier, et en cas de lenteurs seulement d’installer Imprudence qui est moins perfectionné, mais reste une alternative acceptable dans ces cas-là… et qui était de toute façon celui qui était indiqué à l’époque (…c’est-à-dire il y a un gros mois) sur http://metalectures.blogspot.fr/

    Quel drôle de monde… il faut courir vite pour rester sur place ! …Ce n’est pas moi qui le dis, mais le lapin de Lewis Caroll… encore lui !

  7. Bonjour, merci pour votre post, je m’y repère bien mieux du coup. Je trépigne d’impatience d’assister à cette conférence !

    • Ben j’espère que t’es venu… Sinon pour un compte-rendu y’a mon prochain post…;-)

    • Oui j’y étais, je galérais au moins autant que toi pour suivre le groupe ahah 😀

Et si vous laissiez un commentaire ?...

A propos de l’auteur

Bernard Lamailloux

Auteur, consultant, formateur passionné par tout ce qui touche à l’ingénierie de formation, je suis également musicien, théâtreux, phonéographe, bon vivant, et je vous réserve encore bien d’autres surprises !

864730b7f59c14ad432942f2cbac8107iiii
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :